Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Renazé : Théo, 11 ans, fait partie des 30 meilleurs tennisman français de son âge

vendredi 24 novembre 2017 à 16:38 Par Fabien Burgaud, France Bleu Mayenne

Déjà surclassé chez les 15-16 ans dans son club de Craon, Théo Boissonneau (15/2) affiche déjà un sacré palmarès. Le garçon est dans le top 30 français, mais garde les pieds sur terre.

Dans la chambre de Théo, les trophées prennent un peu de place !
Dans la chambre de Théo, les trophées prennent un peu de place ! © Radio France - Fabien Burgaud

Renazé, France

Ses médailles et ses coupes, Théo Boissonneau, 11 ans, les garde précieusement dans son armoire. "Là il y a le titre départemental. À côté des médailles inter-régionales. Faut qu'on installe une étagère parce que ça commence à être rempli !, glisse timidement le jeune garçon. Licencié à Craon, il brille par sa précocité et affronte souvent des joueurs beaucoup plus âgés. "Des fois ils sont dégoûtés quand ils perdent", sourit-il

Federer comme modèle

Un potentiel qu'a très vite vu son papa, Jean-Noël, ancien pongiste de haut niveau (National 1). Théo tape alors ses premières balles à 2 ans. "J'ai vu qu'il se débrouillait pas trop mal, puis surtout, il avait tout le temps envie de jouer quand je rentrais du travail. Sur la terrasse, du mini-tennis. Il avait déjà la passion", raconte, fier, le papa.

Aujourd'hui, la petite balle jaune rythme la semaine des parents : 10 heures d'entraînement par semaine pour le garçon (à Laval et Craon), sans parler des compétitions nationales et internationales le week-end. Une obsession pour Théo : "Même dans les magasins, je fais mes gestes à blanc ! J'y pense tout le temps".

J'ai un bon revers, mais je dois encore travailler le service. Surtout le lancer de balles et le placement des pieds pour ne pas mordre la ligne. Théo, 11 ans.

Et quand la saison est finie, direction Roland-Garros en famille. "J'ai vu Nadal, Gasquet, Troicki. C'est quand même mieux en vrai, on voit mieux la vitesse de la balle", décrit Théo. Son rêve ? Voir son tennisman préféré, Roger Federer : "Il est impressionnant, à 36 ans il est encore très fort. Et puis j'adore son revers à une main !".

L'école d'abord, le tennis ensuite

Théo Boissonneau dans son jardin de Renazé  - Radio France
Théo Boissonneau dans son jardin de Renazé © Radio France - Fabien Burgaud

Si Théo"s'en fiche des classements", sa trajectoire impressionne. Et amène les mêmes questions à l'aube d'années décisives quand l’exigence grandit. Deviendra-t-il un jour professionnel ? Prudence, tempèrent le père. L'école d'abord, le tennis ensuite. "Aujourd'hui Théo est dans les deux premiers de sa catégorie (11 ans, régional). Parfois ce n'est pas facile mais il a des facilités en 6e, au collège. Maintenant il faut qu'il s'épanouisse", confie Jean-Noël Boissonneau.

"Après on verra, l'an prochain il y a la possibilité de rentrer au Pôle espoirs de Nantes, poursuit-il. Mais tout dépendra de ses résultats en tournoi national et international. Il faut beaucoup de sacrifices pour arriver au haut niveau, c'est dur et très peu y arrivent. On prendra année par année. Il y a tellement de paramètres. Il arrêtera peut-être dans quatre, cinq ans ou continuer encore quinze ans. Le tout, c'est qu'il prenne du plaisir et pour l'instant il progresse, c'est déjà ça". Et puis si d'ici là, Théo peut encore gagner quelques coupes, il ne s'en privera pas.