Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rennes : "l'immeuble au coquelicot" rue Saint-Hélier menace de s'effondrer, les locataires évacués

-
Par , France Bleu Armorique

Ce mardi 4 février au soir, l'immeuble situé au 30/32 rue Saint-Hélier à Rennes a été évacué par les pompiers qui ont constaté "un péril imminent" lié au risque d'effondrement de la structure du bâtiment. La dizaine de locataires a été évacuée et va être relogée pour une durée indéterminée.

L'immeuble du 30/32 rue Saint-Hélier, dont la façade accueille une oeuvre du street-artist rennais "War !", menace de s'effondrer
L'immeuble du 30/32 rue Saint-Hélier, dont la façade accueille une oeuvre du street-artist rennais "War !", menace de s'effondrer © Radio France - François Rauzy

Ma vie était en danger. J'avais peur et je n'avais pas tort d'avoir peur en fait, je ne me faisais pas des idées. - Marie, habitante de l'immeuble

Ils sont une dizaine à attendre sur le trottoir, à proximité de leur immeuble situé rue Saint-Hélier. Certains ont pu prendre une valise, d'autres ont juste eu le temps d'enfiler un manteau. Sur les coups de 21h, c'est Marie*, inquiète de l'état de délabrement de son appartement qui décide d'appeler la police, puis les pompiers : "Là ça fait cinq jours que je suis à l'hôtel mais j'aurais du y aller depuis plus longtemps parce que ma vie était en danger. Moi en fait ça fait plusieurs jours que je déménage le plus urgent, que je cherche un appartement à l'extérieur parce que j'ai compris que je ne pouvais pas me permettre d'attendre. Il y a deux jours j'ai rappelé l'expert en lui disant que ça s'aggravait, il l'a constaté aussi. _Depuis des jours, le décollement du sol et des murs se prolongeait, ça gagnait des centimètres_. J'étais très inquiète à 21h donc j'ai appelé les pompiers."

L'attente décrite par Marie, c'est celle d'une décision qui tarde à venir. Il y a huit jours, un expert de la mairie aurait déjà constaté l'état de délabrement de l'édifice, mais sans prononcer d'évacuation selon les locataires. Contacté, le propriétaire se dit "rassuré que tout le monde soit hors de danger." Sur son inaction, il botte en touche et renvoie vers l'origine de ces fissures, inconnues selon lui, et donc l'impossibilité d'agir. Il nous a assuré qu'il allait se rendre sur place sur les coups de minuit environ.

Ce sont les pompiers qui ont ordonné l'évacuation de l'immeuble, pour un "péril imminent" d'effondrement de la bâtisse. Le lieutenant Pellevin du détachement de Rennes Saint-Georges : "On a été appelés par des gens qui avaient entendu un gros boum et des craquements au niveau de leur parquet. A notre arrivée on a constaté que les fissures s'étaient vraiment approfondies. Les gens étaient vraiment paniqués, il y en a qui étaient déjà dehors et d'autres qu'on a évacué au fur et à mesure de notre reconnaissance." L'immeuble est surnommé "l'immeuble au coquelicot", en raison de la fleur peinte sur sa façade par le street-artist rennais "WAR !".

Vers 23h50 ce mardi soir, les locataires étaient toujours en l'attente d'un relogement, l'élu de permanence à la ville de Rennes étant injoignable. Les pompiers étaient en l'attente d'une adresse pour ce relogement, avant de pouvoir accompagner un à un les habitants récupérer quelques affaires au 30/32 rue Saint-Hélier.

* Nom d'emprunt, la personne souhaite conserver son anonymat.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu