Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rennes : la ville et la métropole disent adieu à Microsoft

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Armorique, France Bleu
Rennes, France

Une petite révolution à Rennes et Rennes métropole. Les deux collectivités ont décidé d'abandonner le logiciel Microsoft pour les messageries des 6000 agents et d'opter pour un logiciel libre, plus pratique et moins coûteux.

L'Hôtel de ville de Rennes
L'Hôtel de ville de Rennes - Maxppp

La ville de Rennes et Rennes métropole ont décidé de ne pas renouveler leur contrat avec Microsoft, le géant de l'informatique et du numérique, pour les messageries, les e-mail, des 6000 agents des deux collectivités publiques. Elles vont opter pour un logiciel libre, dit open source. Le renouvellement à Microsoft coûterait 700 000 euros alors que l'installation d'un logiciel libre s'élève à 200 000 euros, l'économie est donc de 500 000 euros. Autre avantage d'un logiciel libre il permet de mieux s'imbriquer avec d'autres logiciels utilisés quotidiennement par Rennes comme ceux qui gèrent les écoles, les bibliothèques ou les feux tricolores aux carrefours.

Le basculement devrait se faire d'ici un mois ; il n'y aura aucune conséquence et aucune perte de données. A l'instar de la région Bretagne et de Nantes Métropole, la ville de Rennes et Rennes Métropole souhaitent ainsi favoriser des entreprises locales ou françaises qui payent leurs impôts en France car comme le rappelle Laurent Hamon, conseiller municipal délégué aux usages du numérique " Microsoft ne paye pas ses impôts en France; le fisc réclame plus de 600 millions d'euros à la filiale française de Microsoft".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess