Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Rennes : le prénom breton Derc'hen finalement autorisé

samedi 27 janvier 2018 à 5:30 Par Loïck Guellec, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

Les parents du petit rennais ont le droit finalement d'écrire le prénom de leur enfant avec une apostrophe entre le c et le h. Le parquet de Rennes va demander à l'état civil de rectifier l'orthographe de Derc'hen dont l'apostrophe avait été refusée.

Le prénom inscrit à l'état civil sans l'apostrophe
Le prénom inscrit à l'état civil sans l'apostrophe - DR

Rennes, France

Un épilogue heureux pour le petit Derc'hen né à Rennes.  Les parents du petit garçon vont pouvoir écrire le prénom de leur enfant avec une apostrophe entre le c et le h. Le procureur général de Rennes, Jean-François Thony, avait annoncé mercredi qu'il allait "procéder, de manière précise et détaillée, à un nouvel examen de cette situation juridique, en lien avec l'administration centrale", à la suite du refus de la mairie de Rennes d'enregistrer en août dernier le prénom sous la forme retenue. 

Le parquet va finalement demander à l'état civil de rectifier l'orthographe du prénom breton pour que l'apostrophe soit réintroduite. C'est une circulaire de 2014 qui avait été mis en avant par l'état civil de la mairie de Rennes pour justifier ce refus, mais précise le parquet "il en résulte que la circulaire du 23 juillet 2014 ne statuant pas expressément sur l'utilisation de l'apostrophe et s'agissant en outre d'un signe orthographique d'utilisation courante, il peut être considéré que son emploi n'est pas formellement interdit". D'ailleurs la maire de Rennes Nathalie Appéré demande la modification de ce texte.