Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rennes : les cavistes ont bien résisté à la crise du coronavirus

-
Par , France Bleu Armorique

Pendant le confinement, les cavistes ont pu ouvrir les portes de leurs commerces. A Rennes, le bilan de ces entreprises est très souvent positif. Les cavistes ont bénéficié de la fermeture des bars, cafés et restaurants. D'autres ont un peu plus souffert.

Thomas Lucas gère "La cave Vasselot" rue Vasselot à Rennes.
Thomas Lucas gère "La cave Vasselot" rue Vasselot à Rennes. © Radio France - Benjamin Fontaine

Depuis le 14 mars, les bars, les cafés et les restaurants restent fermés en France. Les gérants attendent un feu vert du Premier Ministre. Pendant le confinement, les Français n'ont pas arrêté de consommer de l'alcool. Ils ont d'ailleurs pu continuer à se rendre chez les cavistes, restés ouverts au même titre que les supermarchés ou les supérettes.

Durant la période de crise, ces spécialistes du vin ont d'ailleurs réussi à tirer leur épingle du jeu. En mai, même s'ils ne souhaitent pas fanfaronner, certains affichent un chiffre d'affaires supérieur à l'an passé. Alexandre Priour est gérant de la "Cavavin" rue Saint-Hélier et en cette période de déconfinement il a le sourire. Son commerce est resté ouvert pendant le confinement. 

Des habitudes qui évoluent

"Ça a plutôt bien marché. Les gens venaient chercher une bouteille le midi pour l'apéro alors qu'ils n'avaient pas forcément cette habitude. Des clients venaient aussi pour acheter une bouteille en prévision d'une recette de cuisine qu'ils allaient réaliser le lendemain grâce aux émissions de télé," explique-t-il. Il a aussi vu les habitudes évoluer. "J'ai vendu quatre fois plus de bibs, de cubis qu'en temps normal. Les clients ne voulaient pas trop sortir alors ils ont opté pour cette option, ça nous a poussé à revoir nos commandes."

Le déconfinement venu, les consommateurs ont aussi cherché à se faire plaisir. "J'ai vendu des bouteilles au prix un peu plus élevé. Le budget sorties des clients a forcément diminué alors ils ont mis l'argent ailleurs," ajoute Thomas Lucas de la cave Vasselot, rue Vasselot. "Aujourd'hui on attend la réouverture des restaurants et j'espère que les clients continueront à venir et se rendront aussi dans les bars, les cafés, les restaurants. Il y a de la place pour tout le monde."

Pas de mariage, pas de restaurant, le bilan est parfois plus nuancé

Si certains cavistes ont sauvé les meubles en avril et en mai après un mois de mars compliqué, d'autres n'ont pas eu cette chance. "On travaille avec une quarantaine de restaurateurs et nous n'avons rien pu leur vendre. Aucun mariage, pas d'événements. Ça représente des pertes importantes," confie Stéphane Foucher propriétaire de la cave "Les 320" et "La cave Stéphane Foucher". "Il va falloir attendre l'automne pour voir comment tout cela s'équilibre économiquement." S'il devait retenir un point positif de la période écoulée, "c'est la confiance des clients. On espère qu'on pourra fidéliser ceux qui ont découvert notre métier."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess