Société

A Rennes, les journées portes ouvertes des mosquées font le plein

Par Romain Pouzin Roux, France Bleu Armorique dimanche 10 janvier 2016 à 14:18

Le "thé de la fraternité", au propre comme au figuré.
Le "thé de la fraternité", au propre comme au figuré. © Radio France - Romain Roux

A l'appel du Conseil français du culte musulman, les mosquées de France ouvraient leurs portes les 9 et 10 janvier pour un "thé de la fraternité". A Rennes, l'initiative a fait carton plein.

De mémoire de croyant,  la mosquée du Blosne, à Rennes, n'avait pas vu autant de monde depuis très longtemps. La foule est si nombreuse que les places viennent à manquer dans la salle de prière, lorsque l'imam prend la parole pour expliquer aux visiteurs la signification de ce "Allahou akbar" ("Dieu est grand"), confisqué par les terroristes alors qu'il trace à l'origine la relation entre le croyant et le divin. Ici, l'initiative du CFCM, ce "thé de la fraternité" en mémoire de l'esprit du 11 janvier, est un vrai succès.

Les visiteurs ne sont pas tous venus pour les mêmes raisons. "Je suis  là pour montrer que tout le monde n'est pas raciste". Madeleine pose d'emblée ce geste comme un acte politique, presque militant. "Je suis frappée par les amalgames qui sont faits et par les débats d'aujourd'hui", poursuit cette retraitée qui se définit comme athée.

Pour moi, la laïcité c'est la tolérance : l'état est libre de toute religion mais chacun fait comme il veut. Et si le mot d'ordre aujourd'hui c'est la fraternité, alors je ne peux être que d'accord avec les musulmans. 

Emilie est moins militante. La lycéenne confie très mal connaître la culture musulmane et _a fortiori l'islam. "En tant que chrétienne, j'ai envie de savoir comment la religion se pratique chez les autres"_, explique-t-elle. Comme elle, beaucoup de visiteurs sont des catholiques soucieux d'apporter leur pierre à l'édifice du dialogue interreligieux, cher à l'Eglise moderne.

Du baume au coeur

Devant le buffet, garni de pâtisseries orientales et de thé à la menthe, des petits groupes se forment pour échanger sur l'islam. Les croyants musulmans prennent le temps d'expliquer leur vision de la religion. Certains s'improvisent même guide.

Brahim : "La France a autre chose à offrir que la haine"

Devant l'engouement, Brahim a du baume au coeur. Ce trentenaire très investi dans la vie de la mosquée du Blosne a retrouvé aujourd'hui un de ses anciens professeurs de lycée. La discussion a dérivé vers la politique. "J'ai aussi peur des terroristes que des racistes", lâche-t-il, en évoquant les résultats du FN au premier tour des élections régionales. Mais aujourd'hui, il est rassuré.

L'intérêt des gens pour cette initiative montre que ce peuple a autre chose à offrir aux musulmans que la haine. On a la preuve aujourd'hui que la France est un pays généreux et tolérant.

Un peu à l'écart de la foule, le jeune Abdoulaye et ses quatre amis regardent le spectacle un peu médusés. "Je ne pensais pas qu'il y aurait autant de personnes à venir aujourd'hui", se félicite-t-il, en ponctuant ses propos d'interjections en arabe. "Cela nous fait très plaisir", poursuit un de ses camarades, "on va pouvoir expliquer que l'Islam est une religion d'ouverture et de tolérance et que ça n'a aucun lien avec le terrorisme". Les cinq jeunes musulmans voudraient que l'expérience soit renouvelée.

Alizée est bien d'accord. "Ce qu'il se passe aujourd'hui est une belle marque d'ouverture d'esprit des deux côtés". "Les croyants sont très accueillants et tout le monde est très respectueux de leur traditions", se réjouit-elle. La jeune femme conclut dans un sourire : "c'est tous les jours qu'il faudrait partager le thé de la fraternité".

Réécoutez le reportage sur la journée portes ouvertes à la mosquée du Blosne

Partager sur :