Société

Rennes : les policiers toujours en colère

Par Nina Valette, France Bleu Armorique mardi 25 octobre 2016 à 17:28

Les policiers se rassemblent devant la Cité Judiciaire à Rennes
Les policiers se rassemblent devant la Cité Judiciaire à Rennes © Maxppp - PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP

Les manifestations de policiers se multiplient. Ils protestent contre le manque de fermeté de la justice, de considération, mais aussi de sécurité après l'agression au cocktail Molotov de quatre des leurs en région parisienne. A Rennes, un rassemblement a eu lieu mardi devant la Cité Judiciaire.

C'est à l'appel des syndicats de police que près de 50 fonctionnaires se sont donnés rendez -vous, ce mardi, devant la Cité Judiciaire à Rennes. Il dénonce un manque de moyens, mais aussi un manque de fermeté de la part de la justice. Emmanuelle Laurens est secrétaire départementale dyu syndicat Alliance, et pour elle, le lieu de cette manifestation n'est pas un hasard. "Les délinquants ont un sentiment d'impunité. Ils n'hésitent plus à venir au contact des forces de l'ordre. Il faut que la justice soit plus sévère, pour qu'ils aient peur de la police et non l'inverse". Selon cette représentante syndicale, les policiers à Rennes ont été particulièrement visés, notamment lors des manifestations contre la Loi Travail. "Les collèges ont reçu des cocktails Molotov, ils ont été brulés. Ce n'est pas normal !"

Je n'ai pas l'impression qu'on nous oublie, j'ai l'impression qu'on ne nous comprend pas !

Des affiches accrochées aux dos, les manifestants réclament une réforme de la légitime défense, l'application des peines planchers, mais aussi l'anonymat des policiers. Paul* est dans la police depuis 25 ans. Aujourd'hui il ne laisserait pas son propre fils faire ce métier. Selon lui, les policiers ne sont pas oubliés, il sont incompris. "La justice essaie de faire son travail et elle fait comme elle peut... Mais il faut savoir que nous prenons énormément de risques pour interpeller des gens... Et ils sont dehors quelques heures après. Je peux vous assurer que ça ne fait pas plaisir. Surtout qu'ils viennent nous voir pour nous dire "vous voyez ? On ne risque rien !", c'est vraiment un sentiment de frustration extrême."

Les syndicats de police doivent être reçus mercredi par François Hollande. Un rendez-vous qui vient quelques jours après une rencontre avec les ministres de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, et de la Justice, Jean-Jacques Urvoas.

* Prénom d'emprunt

Partager sur :