Société

A Rennes les victimes des travaux du tunnelier s'impatientent

Par Fabien Randrianarisoa, France Bleu Armorique lundi 26 décembre 2016 à 17:14

Brigitte Gaudé, victime des travaux du tunnelier
Brigitte Gaudé, victime des travaux du tunnelier © Radio France - Fabien Randrianarisoa

A Rennes une cinquantaine d'appartements ont été endommagés par les travaux du tunnelier qui creuse la ligne B du métro, et la route qui mène à l'indemnisation est parfois jugée bien trop longue par leurs occupants.

Une semaine après la reprise des travaux du tunnelier Elaine qui creuse la ligne B du métro, la galère continue pour les rennais dont l'habitation a été endommagée par les travaux. Dans ces immeubles anciens du centre ville, des fissures du sol au plafond, des fenêtres et des portes bloquées, à cause des vibrations du tunnelier.

Ils sont une cinquantaine à pouvoir faire l'objet d'une indemnisation par la Semtcar, mais comment prouver que ces dégâts sont bien dûs au passage du tunnelier ? Xavier Tirel, directeur général de la Semtcar nous explique la démarche.

Xavier Tirel, directeur général de la Semtcar

Mais pour les victimes qui attendent les réparations depuis plusieurs mois, tout n'est pas si simple. L'appartement de Brigitte Gaudé a 150 ans et depuis le passage du tunnelier en septembre, il a pris quelques rides. De grosses failles qui parcourent les poutres et les panneaux en bois, et des fenêtres inutilisables.

La fenêtre de la salle de bain de la famille Gaudé, bloquée en position ouverte - Radio France
La fenêtre de la salle de bain de la famille Gaudé, bloquée en position ouverte © Radio France - Fabien Randrianarisoa

Brigitte Gaudé, victime des travaux du tunnelier

Suite au premier devis de la Semtcar, Brigitte a demandé une contre-expertise. Entre les deux, la facture passe du simple au double, 3100€ de travaux. Toutes les failles n'ont pas été prises en compte, mais la mère de famille est fatiguée des procédures, pour Brigitte le seul objectif maintenant, c'est d'en finir au plus vite.