Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rennes : plus de 350 manifestants contre la loi "sécurité globale"

-
Par , France Bleu Armorique

A quelques heures des premiers débats sur la loi de "sécurité globale" à l'Assemblée Nationale, 350 personnes se sont retrouvées ce mardi place de la République à Rennes (Ille-et-Vilaine) pour dire leur opposition à ce texte qu'ils disent "liberticide".

Au moins 300 personnes se sont rassemblées place de la République à Rennes.
Au moins 300 personnes se sont rassemblées place de la République à Rennes. © Radio France - Benjamin Fontaine

Malgré le confinement, plus de 350 personnes se sont rassemblées ce mardi 17 novembre place de la République à Rennes (Ille-et-Vilaine) pour dire leur opposition à la loi dite de "sécurité globale". Un appel à manifester avait été lancé par plusieurs organisations comme la Ligue des droits de l'Homme, la FSU, Attac, la CGT ou encore Extinction Rébellion. Quelques "gilets jaunes" se sont également joints au rassemblement.

Plusieurs prises de parole ont eu lieu sur la place.
Plusieurs prises de parole ont eu lieu sur la place. © Radio France - Benjamin Fontaine

Les syndicats et organisations dénoncent trois articles de la loi : l'utilisation des caméras portables par toutes les patrouilles de police et de gendarmerie, l'autorisation de la surveillance par drone et l'interdiction de diffuser des images qui permettraient l'identification des forces de l'ordre. "Il y a de plus en plus de lois liberticides dans ce pays. On commence même à toucher à la liberté d'informer. Je suis inquiet de la direction qui est prise, c'est pour cela que je suis ici," explique Thibault, un jeune étudiant rennais. "Dans le climat actuel, où nos déplacements sont limités, il est important de pouvoir être ici pour alerter la population. C'est de la démocratie dont il est question", ajoute son camarade.

La proposition de loi sera débattue à partir de ce mardi après-midi par les députés à l'Assemblée nationale.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess