Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rennes : un groupe Facebook permet à des femmes de rentrer en toute sécurité le soir

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Armorique, France Bleu

"SafeWalk Women Rennes" est un groupe Facebook qui a été créé il y a trois semaines pour permettre à des femmes de rentrer en toute sécurité chez elles le soir. L'initiative a été lancée par une jeune auxiliaire de vie de 23 ans, et recueille déjà un franc succès : 1800 femmes y sont déjà inscrites.

 Adelaïde Holley a lancé le groupe Facebook "SafeWalk Women Rennes" il y a trois semaines.
Adelaïde Holley a lancé le groupe Facebook "SafeWalk Women Rennes" il y a trois semaines. © Radio France - Maïwenn Bordron

C'est une question que se sont déjà posée de nombreuses femmes à Rennes : vais-je réussir à rentrer chez moi en toute sécurité ce soir ?  Pour lutter contre l'insécurité la nuit, un groupe Facebook a été créé il y a quelques semaines : il met en relation des femmes qui ne veulent pas rentrer seules et des personnes qui sont prêtes à les raccompagner chez elles.  Il s'appelle SafeWalk Women Rennes, littéralement marche en toute sécurité pour les femmes dans Rennes. C'est un espace réservé aux femmes, elles sont déjà 1800 à s'y être inscrites. Un autre groupe mixte existe, SafeWalk for all Rennes, il rassemble plus de 800 personnes pour le moment.

Lutter contre l'insécurité

Derrière cette initiative, il y a Adelaïde Holley, une auxiliaire de vie de 23 ans. "Ça m'arrivait même de faire Saint-Anne vers Villejean seule à pied, et maintenant je ne le referai absolument pas parce que _j'ai subi des regards ou alors été un peu suivie_. Là, ça arrive vraiment fréquemment et il n'y a pas de coins spécifiques dans Rennes, c'est vraiment partout", soupire la jeune femme. Elle a alors l'idée de créer un groupe sur Facebook dans lequel les femmes, qui préfèrent ne pas rentrer seules chez elles, pourraient trouver quelqu'un pour les raccompagner. 

En trois jours, on a atteint 600 personnes. Et en deux semaines, 1500 personnes. Et là on est bientôt à 2000.              
Adelaïde Holley, créatrice du groupe Facebook "SafeWalk Women Rennes"

Son colocataire, Charlie, a également été témoin de cette insécurité récemment, en raccompagnant une de ses amies vers l'esplanade Charles de Gaulle.  "En trente secondes pendant lesquelles je l'ai laissée, j'étais déjà parti loin et il y avait deux mecs sur les marches derrière lesquelles on était qui ont commencé à l'aborder : 'Hey mademoiselle' et à la siffler. En si peu de temps, il peut arriver tellement de choses, c'est un peu choquant", se remémore le jeune de 20 ans. 

Le fonctionnement du groupe est assez simple, selon sa créatrice. "C'est un groupe où vous faites une demande d'approbation, ensuite nous on est en train de monter une équipe de sécurité pour pouvoir prendre le temps de discuter avec la personne, s'assurer de son identité, mais évidemment le risque zéro n'existe pas", décrit Adelaïde Holley. Ensuite, il suffit de poster un message : "Vous dites 'je suis à tel endroit' et en général quelqu'un va dire s'il est disponible pour venir vous accompagner", précise-t-elle.

Les membres du groupe peuvent demander à être raccompagnées mais aussi proposer leur aide. Les messages sont nombreux. "Bonjour, je voulais vous prévenir que vendredi soir nous serions plusieurs à rentrer de Saint-Anne vers Villejean, vers 23h/minuit, heure pas très sûre, donc si vous avez besoin d'être accompagnée, on est là", lit Adelaïde avec un message du groupe sous les yeux.

Avec d'autres membres, Adelaïde Holley réfléchit à faire une application pour smartphones et même à créer une association.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess