Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Rennes : une police de sécurité du quotidien dans le quartier de Maurepas

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

Le quartier de Maurepas à Rennes bénéficie depuis la rentrée d'une police de sécurité du quotidien. Quinze gardiens de la paix sont chargés de rassurer les habitants et de lutter contre des trafics de drogue en forte hausse.

La police de sécurité du quotidien dans le quartier de Maurepas à Rennes
La police de sécurité du quotidien dans le quartier de Maurepas à Rennes © Radio France - Loïck Guellec

Rennes, France

Les trafics de drogue ont augmenté de 20% en un an dans le quartier de Maurepas à Rennes considéré comme sensible. Une insécurité galopante que subissent de plein fouet les habitants qui réclament une présence policière renforcée. Mardi, la police de sécurité du quotidien a été officiellement mise en place par la préfète d'Ille-et-Vilaine, Michèle Kirry, la maire de Rennes, Nathalie Appéré et la députée Laurence Maillard-Méhaignerie.

Michèle Kirry préfète, Nathalie Appéré, maire de Rennes, Laurence Maillard-Méhaignerie députée, Philippe Astruc procureur de la République - Radio France
Michèle Kirry préfète, Nathalie Appéré, maire de Rennes, Laurence Maillard-Méhaignerie députée, Philippe Astruc procureur de la République © Radio France - Loïck Guellec

Des policiers de terrain

Quinze gardiens de la paix sont arrivés le mois dernier à Maurepas récemment classé comme "quartier de reconquête républicaine". "cela permet d'avoir plus de présence sur le terrain et de mener des dispositifs d'interpellation de dealers de rue" explique la commissaire Frèche chef de service d'intervention, d'aide et d'assistance de proximité. "La mission consiste à être visible sur le terrain, à nouer des contacts avec les commerçants et les habitants." précise la préfète Michèle Kirry

Ces policiers vont nouer des relations de confiance avec les habitants et s'attaquer à la délinquance telle qu'elle est dans ce quartier. 

Un gardien de la paix de la police de sécurité du quotidien dans le quartier de Maurepas à Rennes - Radio France
Un gardien de la paix de la police de sécurité du quotidien dans le quartier de Maurepas à Rennes © Radio France - Loïck Guellec

Lutter contre les trafics

Cette présence policière était aussi très attendue par la maire PS de Rennes en raison du contexte local. "Le trafic de stupéfiant peut pourrir la vie quotidienne des habitants du quartier" rappelle Nathalie Appéré "j'attends une présence rassurante de leur part et j'attends une efficacité dans la répression et notamment pour lutter contre les trafics de stupéfiants. Des dealers qui agissent sous les yeux de tout le monde ont d'ailleurs été interpellés ces dernières semaines" rappelle l'élue.

De nouvelles sanctions

Les consommateurs de drogue vont être davantage sanctionnés et Rennes va expérimenter l'an prochain un nouveau dispositif "le délit forfaitisé". Il s'agira d'une amende de 200 euros.  Selon Philippe Astruc, procureur de la République de Rennes "par ce système de procès-verbal électronique, on va ainsi insécuriser l'usager par une amende et une inscription au casier judiciaire. On va raccourcir le circuit qui va de la constatation à la condamnation".

Espoirs

Les deux pharmaciennes du centre commercial du Gros Chène, très inquiètes de voir une situation se dégrader, racontent les trafics qui se passent sous leurs yeux. La municipalité a mis beaucoup d'argent pour rénover le quartier avec l'espoir qu'il redevienne agréable à vivre. Pour la maire Nathalie Appéré "je ne crois pas qu'il y ait d'autres solutions que la police sur le terrain pour reconquérir la sécurité sur un quartier".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu