Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Rennes : une population toujours à la hausse mais des projets de tours qui passent mal

lundi 25 mars 2019 à 19:31 Par Loïck Guellec, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

5500 logements ont été livrés en 2018 sur le territoire de Rennes Métropole dont une majorité pour la seule capitale régionale. Mais des projets de tours inquiètent de nombreux riverains.

Un immeuble en projet rue Jean-Guéhenno où se sont retrouvés les amis du patrimoine
Un immeuble en projet rue Jean-Guéhenno où se sont retrouvés les amis du patrimoine © Radio France - Loïck Guellec

Rennes, France

La ville de Rennes est en train de changer sous les yeux de ses habitants alors que la démographie de la Métropole est toujours aussi forte. Les grues dominent la capitale bretonne pour la construction de bureaux et de très nombreux immeubles d'habitation. Mais plusieurs projets de tours inquiètent les riverains qui créent des collectifs locaux : avenue du Sergent-Maginot, le Haut-Sancé, la Tour de l'Aiguillon à la Poterie ou encore un immeuble de 7 étages rue Jean-Guéhenno à deux pas du centre ville. "On souhaiterait savoir quand ça va s'arrêter" s'inquiète Michel Coignard président de l'association des amis du patrimoine rennais; " est-ce qu'il y a une limite ? or pour l'instant le nombre est illimité. Et puis il y a un manque de cohérence en matière d'urbanisme à Rennes".

Un immeuble de 7 étages contesté

Dans la rue Jean-Guéhenno, près de la faculté de droit et à deux pas du centre ville, un immeuble de 7 étages est en projet près de bâtiments anciens du XIXè siècle et à proximité d'une future station de métro de la ligne b. Une pétition circule " on aimerait que cet immeuble soit moins haut; c'est incompréhensible car juste à côté un projet d'immeuble à 5 étages a été refusé" s'interroge Michel Coignard. Ce bâtiment doit être construit par le bailleur social Archipel Habitat, mais le permis de construire est pour l'instant suspendu.

Des tours au Haut-Sancé

Au Haut-Sancé, au sud-est de la ville, des riverains se mobilisent contre un projet de densification urbaine. Sur 4,6 hectares, une station-service va être rasée, le centre commercial du Landry va être reconstruit notamment pour laisser place à plusieurs tours dont une de 9 étages. Initialement elle devait faire 16 étages mais l'obstination des habitants réunis dans un collectif a permis de revoir le projet. "Le projet de la municipalité prévoit de construire 500 logements, nous on estime qu'il ne faut pas dépasser les 300 logements" explique Antoine Soubigou du collectif d'habitants "avec 300 logements on aurait une architecture qui se fondrait mieux dans le quartier et un tissu urbain plus raisonnable". Le projet de ZAC doit être voté au prochain conseil municipal du 1er avril.

500 logements en projet au Haut-Sancé : l'opposition du collectif d'habitants - Radio France
500 logements en projet au Haut-Sancé : l'opposition du collectif d'habitants © Radio France - Loïck Guellec

Maitriser les prix de l'immobilier

De son côté, la municipalité PS défend cette urbanisation réalisée dans le cadre de la révision du PLU (plan local d'urbanisme) Rennes 2030. Sébastien Sémeril, premier adjoint délégué à l'urbanisme, évoque la fin de l'étalement urbain pour des raisons environnementales : 95% des nouvelles constructions doivent se faire sur des sites déjà occupés. Pour l'élu, il faut aussi maîtriser les prix de l'immobilier "Rennes a toujours été une ville qui a respecté la mixité; quand vous avez à Rennes du neuf à 4000 euros le mètre carré vous voyez qu'une bonne partie de la population ne peut plus se loger. L'enjeu c'est de construire pour proposer toute une série de programmes d'aides et de logements régulés. C'est une garantie de cohésion sociale dans la ville" argumente Sébastien Sémeril.

Sébastien Sémeril premier adjoint PS à la maire de Rennes - Aucun(e)
Sébastien Sémeril premier adjoint PS à la maire de Rennes - Photo compte Twitter

POUR ALLER PLUS LOIN :l'association des amis du patrimoine rennais

                                               le blog du collectif du Haut-Sancé