Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rennes : une tentative d'ouverture d'une maison de l'écologie et des résistances avortée

-
Par , France Bleu Armorique

Des militants d'Extinction Rébellion ont été délogés par la police des locaux de l'ancien Crédit Coopératif rue de l'Alma à Rennes ce mardi 14 juillet. Ils voulaient ouvrir une maison de l'Ecologie et des Résistances, et accueillir plusieurs mineurs isolés.

Les anciens locaux du Crédit Coopératif
Les anciens locaux du Crédit Coopératif - Capture d'écran Maps

Les militants d'Extinction Rébellion occupaient depuis quelques jours les anciens locaux du Crédit coopératif à Rennes, 3 rue de l'Alma. L'objectif était d'ouvrir une M.E.R, maison de l'écologie et des résistances, afin de réunir les différents groupes de luttes pour la défense de l'environnement. Il existe trois M.E.R en France, à Cenon près de Bordeaux, et à Cachan en Île-de-France.

Selon les militants, les locaux du Crédit Coopératif étaient inoccupés depuis octobre 2019. Le bâtiment appartient à un groupe immobilier qui n'avait pour l'heure aucun projet de démolition et de reconstruction.

Le projet du groupe Extinction Rébellion était également d'accueillir les mineurs isolés et des jeunes migrants. Cinq d'entre eux étaient d'ailleurs présents sur place. Selon une militante "une voisine a filmé et prévenu la police". Une brigade se rend effectivement sur le site le mardi 14 juillet vers 12h30, mais les occupants fournissent les preuves d'une occupation de plus de 48 heures et les policiers les autorisent à rester. "Mais 20 minutes plus tard, une vingtaine de policiers arrive qu'ils ont ordre de nous déloger" explique-t-elle. "On ne comprend pas car nous étions en toute légalité dans ces locaux, et maintenant des mineurs se retrouvent sans hébergement." Le groupe Extinction Rébellion compte consulter leurs avocats afin d'envisager un recours et des poursuites.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess