Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Rennes, ville solidaire, "ville suspendue"

samedi 21 juillet 2018 à 6:33 Par Brigitte Hug, France Bleu Armorique

Vous avez entendu parler des cafés suspendus. Né à Naples, en Italie, le concept s’est répandu dans de nombreuses villes en Europe. La maison des citoyens de Rennes et sa Métropole a voulu aller plus loin et faire de Rennes, une "ville suspendue".

13 soupes offertes chez Ti Miam
13 soupes offertes chez Ti Miam © Radio France - Brigitte Hug

Rennes, France

Vous connaissez les cafés suspendus. Vous payez deux cafés dans un bar et vous n’en consommez qu’un. Le second est en "suspens" pour quelqu'un qui n'a pas les moyens de l'acheter. Les cafés suspendus ont fait des petits. Il y a maintenant des baguettes suspendues, des sandwichs suspendus. À Rennes, en quelques mois, une dizaine de bars, restaurants, supérette, coiffeur et salles de spectacles ont rejoint cette action de solidarité, sous l’impulsion de La Maison des citoyens de Rennes et sa métropole.

Plus çà se saura, moins les gens auront honte de demander une soupe

Ces commerces rennais sont reconnaissables au petit autocollant rond "suspendu-solidaire" affiché sur leur vitrine. Rue Vasselot, le restaurant rapide Ti Miam est déjà dans une démarche solidaire. Il fait travailler des personnes handicapées, les formant et leur permettant une insertion professionnelle. Fabienne Haigron les encadre. Cette matinée là, elle a accroché à la porte une ardoise: "13 soupes suspendues en attente". La veille, cinq soupes ont été données sur dix-huit suspendues. "Des semaines, on en donne plusieurs, des semaines, une. Plus ça se saura, moins  les gens auront honte de rentrer et de demander une soupe.". Les clients donateurs achètent deux soupes, à 2€20 chacune. Ils en mangent une et offrent l’autre.

Des soupes maison offertes - Radio France
Des soupes maison offertes © Radio France - Brigitte Hug

Un peu plus loin, quai Émile Zola, la vitrine de Ronan artisan coiffeur affiche "3 coupes suspendues". À partir de 24€ de dons, Ronan Legendre offre une coupe de cheveux: "On fait un shampoing, un message, comme pour la clientèle habituelle. Un soin si besoin, une coupe et un brushing. Une vraie prestation faite par des vrais professionnels.". Les bénéficiaires téléphonent au salon pour demander un rendez-vous. Peut-être plus facile que d’ entrer dans un commerce pour demander un café gratuit ou une soupe. 

Sarah et Ronan coiffeurs solidaires - Radio France
Sarah et Ronan coiffeurs solidaires © Radio France - Brigitte Hug

Le but est que ce ne soit pas une place au fond de la salle

Toujours dans le centre-ville, la salle de spectacles Le Liberté propose, depuis le mois dernier, des billets suspendus. Chargée de la billetterie, Sophie Rocheron a été emballée par l'idée: "Ça nous a parlé tout de suite. Il est important de tout le monde puisse aller voir un spectacle, quelque soit sa situation socio-professionnelle.". Le premier billet a été suspendue, à la mi-juin, à l'accueil. "En fonction de la cagnotte qu'on a , ça peut-être n'importe quel spectacle et le but est que ce ne soit pas une place au fond de la salle.". La somme collectée était de quinze euros. Ce qui équivalait à un billet pour la Noz Pride, la soirée de clôture de la marche des fiertés ou à un billet, en deuxième catégorie, pour Les Grands Ballets Classiques.

Le premier "billet suspendu" au Liberté - Radio France
Le premier "billet suspendu" au Liberté © Radio France - Brigitte Hug

Solveig Touzé et Ayla Saura, les gérantes de la librairie "La Nuit des Temps", quai Emile Zola, n'ont pas été difficiles à convaincre. "La culture pour tous, c'est une valeur qu'on a envie de partager à la librairie.",affirme Ayla. Voilà trois jours, les deux associées ont placé un grand pot à côté de la caisse, avec l'affichette explicative. Et il y a déjà de l'argent. "Dès qu'un montant de 10 euros sera atteint, un bon d'achat sera suspendu. Il y a plein de livres à moins de 10 euros: des livres pour enfants, des livres de poche, ect...".

Ayla et Solweig, les deux libraires - Aucun(e)
Ayla et Solweig, les deux libraires - Sadia Alami

Le bouche à oreille fonctionne déjà. Des soupes sont distribuées, des coupes de cheveux sont offertes. "Mais plus l'information sera diffusée auprès des bénéficiaires, mieux ce sera.", pour la présidente de La Maison des citoyens de Rennes, Sadia Alami. Dans cet objectif, un site va être créé qui répertoriera tous les commerçants  solidaires.