Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Rénovation du Sanitas à Tours : un projet à 128 millions d'euros

vendredi 1 mars 2019 à 22:35 Par Annabelle Wanecque, France Bleu Touraine

C'est un projet à 128 millions d'euros qui a été présenté ce vendredi soir à Tours. Celui de la rénovation du Sanitas. 472 logements sociaux vont y être détruits, 409 logements vont y être construits, mais des logements privés.

La réunion publique a rassemblé une centaine de personnes
La réunion publique a rassemblé une centaine de personnes © Radio France - Annabelle Wanecque

Indre-et-Loire, France

Le Sanitas, ce quartier de plus de 8000 habitants situé en plein coeur de Tours, est le plus pauvre du département, avec 93% de logements sociaux et un revenu annuel médian de 7500 euros, soit 625 euros par mois. Une vaste réhabilitation a été une nouvelle fois présentée aux habitants lors d'une réunion publique ce vendredi soir. Projet qui a été plusieurs fois modifié, et dont la version finale a donc été rendue publique au centre de vie du Sanitas. Une réunion de plus de 2h, avec beaucoup, beaucoup de questions, sur les démolitions à venir, et les relogements nécessaires.

Près de 500 logements sociaux détruits

Car les chiffres sont impressionnants. 472 logements sociaux vont être démolis, 409 logements vont être construits, mais des logements privés. Les logements sociaux seront eux reconstruits, mais en dehors du quartier, à Tours et dans d'autres villes de l'agglomération. 136 logements en accession sociale vont aussi être créés. 

"Ils veulent faire un parc à bobos derrière la gare" - Jean, un habitant du Sanitas depuis une trentaine d'années

Jean habite l'ilôt de la Belle Fille depuis une trentaine d'années, son logement va être démoli et il est scandalisé par l'argument de la mairie qui dit souhaiter remettre de la mixité sociale dans ce quartier. "Ils démolissent pas n'importe où, ils vont le faire derrière la gare de Tours. Qui va pouvoir acheter là, alors que le revenu annuel médian au Sanitas est de 7500 euros ? C'est les gens à Paris ! C'est pas de la mixité sociale qu'ils vont faire, c'est un parc à bobos derrière la gare ! La mixité sociale, c'est de mélanger les gens". 

"Détruire des logements sociaux pour favoriser l'ensemble du quartier" - Christophe Bouchet, maire de Tours

Alors est ce que le maire de Tours veut faire de certains endroits du Sanitas des "parcs à bobos" comme le dit Jean ?"Quand on a 8000 logements dont 93% sont des logements sociaux, et que le revenu moyen par habitant est de 7500 euros par an, on a de la marge ! Il faut pas s'inquiéter" répond Christophe Bouchet. "Un programme de rénovation urbaine, ça nécessite de la mixité sociale et de la fluidité. Donc il faut bien à certains endroits détruire des logements sociaux, mais c'est pour favoriser l'ensemble d'un quartier". Tours Habitat assure que tous ceux qui voudront rester au Sanitas le pourront. A terme, dans ce quartier, la proportion de logements sociaux devrait passer de 93 à 80%.

Ce vaste projet de restructuration comprend aussi la reconstruction de trois écoles, la construction de trois équipements sportifs neufs ou encore la réhabilitation du palais des sports. Par ailleurs la préfète a confirmé que le Sanitas avait bien été identifié comme un Quartier de reconquête républicaine par le gouvernement, et qu'à ce titre il allait bientôt bénéficier de l'arrivée de policiers supplémentaires.  

Les premières démolitions débuteront en septembre par la barre Saint Paul, les travaux sont prévus pour au moins 10 ans. Le projet est estimé à 128 millions d'euros, il sera financé par l'Etat via l'ANRU, son Agence nationale de rénovation urbaine, à hauteur de 47 millions d'euros. Le reste sera apporté par la métropole, la ville, la région ou encore Tours Habitat.