Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 13 blessés

Société

Rentrée au Mirail : la grève du printemps dernier encore dans toutes les têtes

lundi 8 octobre 2018 à 19:55 Par Théo Caubel, France Bleu Occitanie

Les étudiants de la faculté Jean-Jaurès à Toulouse ont fait leur rentrée lundi 8 octobre. Même s'il ne reste plus de traces des trois mois de blocus, entre mars et mai, tous ont encore en tête les événements.

Il ne reste plus de traces des trois mois de blocus. L'université a dépensé 800 000 € pour tout réparer.
Il ne reste plus de traces des trois mois de blocus. L'université a dépensé 800 000 € pour tout réparer. © Radio France - Théo Caubel

Mirail - Université, Toulouse, France

La nouvelle année universitaire va-t-elle permettre de tourner la page du blocus du Mirail ? En tout cas sur le campus, il ne reste plus aucune trace de cet événement. La faculté a dépensé 800.000 euros pour tout réparer.

"Je n'ai pas trop eu cours au second semestre, donc j'ai peur d'être un peu perdue"

Mais dans la tête des étudiants, ces événements sont encore présents. Il y a ceux qui étaient déjà là l'année dernière comme Elina qui vient de redoubler sa première année d'histoire. "Si ça se reproduit, je ferais tout pour travailler chez moi et essayer d'avoir mon année même si je n'ai pas les cours. On sait comment ça se passe même s'il y a grève. On sait les moyens qu'on a pour travailler derrière."

Pour ceux qui ont quand même réussi à avoir leur année, l'inquiétude est sur les prochains jours. "Je n'ai pas trop eu cours au second semestre, donc j'ai peur d'être un peu perdue cette année" confesse Marion étudiante en deuxième année de sociologie.

Certains étudiants ont hésité à revenir étudier une année de plus au Mirail.  - Radio France
Certains étudiants ont hésité à revenir étudier une année de plus au Mirail. © Radio France - Théo Caubel

Du côté des néo-étudiants, tous ont suivi plus ou moins les grèves de l'année dernière. "Du coup, ça donne envie d'y aller pour s'impliquer. Après je pense que mes parents seraient pas très contents", explique Lauriane en première année de science de l'éducation. 

Un rassemblement déjà prévu

De toute manière, les étudiants grévistes de l'année dernière comptent bien reprendre le combat. Un rassemblement est déjà prévu mardi 9 octobre. "On va voir ce qu'on fait en fonction du monde qui répond à cet appel, explique Margaux, du syndicat Solidaires. Je pense que toute la détermination qu'il y a eu l'année dernière, l'organisation des étudiants en assemblée générale où on était des milliers, c'est pas quelque chose qui s'évapore."

D'ailleurs, des blocages ont déjà été votés dans d'autres universités, à Rennes et Montpellier, pour le mardi 9 octobre.