Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rentrée sociale en Côte-d'Or : des manifs à contretemps ?

-
Par , France Bleu Bourgogne

La CGT, FSU et Solidaires entre autres descendent dans la rue pour la première fois depuis la rentrée. Une grève et des manifs "contre le plan de relance du gouvernement", en dépit du retour de l'épidémie. La secrétaire de la CGT en Côte-d'or s'explique sur France Bleu.

Sandrine Mourey, secrétaire départementale de la CGT 21
Sandrine Mourey, secrétaire départementale de la CGT 21 © Radio France - Arnaud Racapé

La vie normale n'a pas vraiment repris pour la plupart des Côte-d'Oriens que déjà les syndicats - CGT, FSU, Solidaires ainsi que des organisations étudiantes - appellent à la grève et à la manifestation en ce jeudi. Une rentrée sociale qui interroge, compte tenu du contexte sanitaire. N'est-ce pas trop tôt, en décalage avec ce que vivent les gens sur le terrain ?

Faire émerger nos propositions

"On comprend cette réaction", concède Sandrine Mourey, la secrétaire de la CGT en Côte-d'Or. "Ce que subissent les citoyens, les syndiqués aussi le subissent, bien évidemment. Les équipes syndicales ont été sur le pont pendant la crise, et après pour faire respecter la sécurité des salariés par les employeurs. Il est évident que la rentrée est compliquée, la crise qui repart, les incertitudes sur l'emploi, pour autant _on a voulu faire un focus pour dénoncer ce plan de relance_, et surtout faire émerger les propositions faites par les organisations syndicales, les associations, les ONG."

Le plan de relance, cadeau pour les entreprises ? 

Dans le collimateur des syndicats, donc, le plan de relance du gouvernement : 100 milliards d'euros censés relancer la machine économique. Mais pour Sandrine Mourey, cette enveloppe donne trop aux entreprises, sans contrepartie pour l'emploi : "Il faut regarder dans le détail, 20 milliards d'euros sont destinés à réduire les impôts de production des entreprises, sans conditions, sans contrepartie sur l'investissement, la formation, le maintien de l'emploi, l'embauche. C'est cadeau ! Ces entreprises comme Bridgestone à Béthune, mais aussi Jacob Delafon à Dole, prennent l'argent, les aides publiques, mais sans aucun engagement !" 

Certains dispositifs sont salués par la CGT : le chômage partiel, ou encore ces 4.000 euros promis aux entreprises pour embaucher des jeunes de moins de 26 ans. Mais là encore le diable se cache dans le détail pour Sandrine Mourey : "c'est du concret, mais c'est sur des embauches de CDD de trois mois, donc en gros c'est de _l'argent public qui va financer de la précarité_. Il faut aller plus loin, sur des CDI."

  • Les gestes barrières et des règles sanitaires seront bien sûr respectés dans les cortèges en ce jeudi promet Sandrine Mourey, rendez-vous donc ce jeudi pour trois rassemblements au choix : 11h30 au rond-point du centre commercial E.Leclerc à Beaune, place de la République à 14h à Dijon, ou bien 17h place Gambetta à Montbard.
Choix de la station

À venir dansDanssecondess