Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Réouverture des discothèques le 9 juillet : "les boîtes ont beaucoup manqué" aux étudiants stéphanois

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Les discothèques, fermées depuis mars 2020 à cause du Covid, vont pouvoir rouvrir leurs portes le 9 juillet prochain. Dans la Loire, cette nouvelle fait du bien en particulier aux étudiants, isolés pendant la crise sanitaire. Témoignages à Saint-Étienne.

Devant l'Université Jean-Monnet de Saint-Étienne (image d'illustration).
Devant l'Université Jean-Monnet de Saint-Étienne (image d'illustration). © Maxppp - PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP

Quinze mois après leur fermeture, les discothèques vont donc pouvoir rouvrir leurs portes en France le 9 juillet prochain. La fin d'une longue attente pour bon nombre de fêtards, et parmi eux, des étudiants, longtemps isolés cette année, soulagés de pouvoir bientôt refaire la fête ensemble. Témoignages à Saint-Étienne.

La fermeture des discothèques a fait du mal à la vie de promo

La fermeture des discothèques pendant quinze mois a ajouté à l'isolement des étudiants stéphanois, déjà contraints de suivre leurs cours à distance. Lévy, étudiant en deuxième année de droit à l'Université Jean-Monnet, a "de supers bons souvenirs de boîtes avant leur fermeture. C'est ce qui nous permettait de nous intégrer." Avec la fermeture, témoigne-t-il, les étudiants ont perdu une occasion de lier des amitiés : "Les premières années ne se connaissaient pas, et là ils ne se connaissent toujours pas."

Il y a bien eu quelques fêtes étudiantes privées. Mais pour Lévy, "on ne sort pas de nos cercles d'amis proches." Même constat pour Louis et Clément, étudiants en biologie à Jean-Monnet : "sortir en boîte le jeudi soir ou le weekend, c'était la vie étudiante, l'occasion de découvrir d'autres gens de la promo autour d'un verre." Eux tiennent particulièrement à retrouver Le Bul, discothèque stéphanoise.

Les étudiants partagés vis-à-vis du protocole sanitaire

Mais pour rouvrir, les discothèques vont devoir mettre en place un protocole sanitaire bien précis : jauge à 75% à l'intérieur, port du masque recommandé, mais pas imposé, ainsi que le pass sanitaire à présenter par les clients s'ils veulent avoir accès à l'établissement. Il doit comprendre soit la preuve qu'on s'est fait vacciné, soit qu'on a déjà eu le covid, soit qu'on vient de faire un test, antigénique ou PCR, négatif. 

De quoi en effrayer certains et certaines, redoute Mathieu, DJ et directeur artistique au Must de Bellegarde-en-Forez : "Est-ce que ça ne va pas freiner des gens ? Les boîtes de nuit, c'est une population assez jeune. Il va falloir que les jeunes aillent se faire vacciner." Et de fait, Roxana, étudiante en première année d'anglais, qui allait "tous les weekends en boîte avant le Covid", rechigne : "moi je ne vais pas me faire vacciner pour sortir ... j'espère que par la suite, ils ne demanderont plus ça."

D'autres sont prêts à tout pour retrouver la musique et la danse : "On faisait pas mal de tests avant quand on organisait des soirées chez nous, pour être sûrs, donc ça ne nous dérangera pas de le refaire", affirme Kilian. A ses côtés, Léa abonde : "si il faut le faire, on le fera. Les boîtes, ça nous a beaucoup manqué !" Certains patrons réfléchissent à mettre en place des autotests à l'entrée de leur discothèque afin de faciliter l'entrée. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess