Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Réouverture des lieux de culte en Île-de-France : les responsables religieux se préparent

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Alors que le Conseil d'État a ordonné au gouvernement ce lundi 18 mai de lever l’interdiction "générale et absolue" de réunion dans les lieux de culte, les responsables religieux se préparent à accueillir de nouveau leurs fidèles dans des conditions sanitaires très strictes.

La mosquée de Paris se prépare à accueillir ses fidèles le 2 juin prochain.
La mosquée de Paris se prépare à accueillir ses fidèles le 2 juin prochain. © Maxppp - Tatif/Wostok Press

La plus haute juridiction administrative, le Conseil d'État a ordonné au gouvernement ce lundi 18 mai de lever l'interdiction "générale et absolue" de réunion dans les lieux de culte, mise en place dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire.  "Cette interdiction était disproportionnée", a-t-il fait savoir alors que les rassemblements de moins de 10 personnes sont tolérés "dans d’autres lieux ouverts au public". 

Des règles sanitaires strictes pour l'accueil des fidèles

Le gouvernement doit lever cette interdiction sous huit jours. Il doit par ailleurs préciser les nouvelles règles qui s’appliqueront aux fidèles. Les responsables religieux, eux, se préparent à accueillir de nouveau leurs fidèles dans des conditions sanitaires strictes. C'est le cas à la Grande Mosquée de Paris. "Les services de la mosquée de Paris ont rouvert le 11 mai déjà avec la date du déconfinement mais les prières commenceront à s'organiser à partir de 2 juin", explique le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Chems-Eddine Hafiz, joint par France Bleu Paris.

Les fidèles devront se munir d'un tapis de prière individuel - Chems-Eddine Hafiz, recteur de la Grande Mosquée de Paris

"Tout d'abord, nous avons nettoyé en grand la mosquée étant donnée qu'elle a été fermée deux mois. Une société de désinfection est venue tout désinfecter, les bureaux du personnel, des imams. Nous avons nettoyé la salle des prières et la salle d’ablution. Il y aura deux issues pour accueillir les fidèles, une pour l'entrée et une pour la sortie. Ils ne pourront pas se croiser", précise Chems-Eddine Hafiz.

Ouverture avant la Pentecôte pour les catholiques ?

À la Grande Mosquée de Paris, tout est prévu pour éviter de nouvelles contaminations. "Lorsque le fidèle arrivera, il devra porter un masque, tout au long de la prière et jusqu'à la sortie de la mosquée. Les fidèles devront se munir d'un tapis de prière individuel pour éviter qu'ils posent son visage et son front sur le tapis de la salle de prière. Il y aura aussi des marques sur le sol, des marquages qui permettent à l'intérieur de la salle de prière d'avoir des espaces de 4 m² pour chaque personne", détaille le recteur de la Grande Mosquée de Paris.

De son côté, l'évêque de Créteil, Michel Santier évoque lui "des mesures essentielles pour s'assurer qu'il n'y ait pas de nouvelles contaminations" dans les Églises. "C'est-à-dire des masques pour tous nos fidèles. Il y aura un espace, un siège sur deux ou un banc sur deux. Dans certaines églises, là où c'est possible, on fera en sorte qu'il n'y ait qu'une entrée et sortie", explique Mgr Michel Santier.

Une course contre la montre est désormais engagée depuis la décision du Conseil d'État. "Je ne sais pas si l'on va pouvoir rouvrir avant la Pentecôte mais je l'espère. Déjà que les fidèles ont été privés de Pâques mais nous verrons. Nous ferons tout dans le respect des règles sanitaires", conclut Mgr Michel Santier

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu