Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

REPORTAGE - On a suivi des militaires marnais de l'opération Sentinelle à Paris

mercredi 18 juillet 2018 à 6:05 Par Sophie Constanzer, France Bleu Champagne-Ardenne

Tout l'été, des militaires du 501e régiment de chars de combat de Mourmelon-le-Grand dans la Marne sont mobilisés dans le cadre de l'opération Sentinelle. Ils patrouillent dans des lieux sensibles de Paris, pour assurer la sécurité dans la capitale. Reportage en images.

Ici, le capitaine Benoît lors d'une patrouille en gare de Lyon à Paris.
Ici, le capitaine Benoît lors d'une patrouille en gare de Lyon à Paris. © Radio France - Sophie Constanzer

Paris, France

Depuis le début de l'opération Sentinelle -mise en place en 2015 après les attentats-, des militaires du 501e régiment de chars de combat de Mourmelon-le-Grand dans la Marne sont régulièrement mobilisés à Paris. Ils patrouillent sur des sites sensibles tels que les lieux touristiques de la capitale, ou les gares. Et notamment en gare de Lyon. "Dans mon secteur, c'est une des zones où il y a le plus de population, j'ai toujours des personnels sur cette zone car avec le transit c'est une zone à risques", souligne le capitaine Benoît, chef de section, au milieu des voyageurs.  

250 hommes du 501e régiment de Mourmelon-le-Grand mobilisés à Paris 

Et quand les militaires ne sont pas en patrouille, il y a le temps de repos, et les exercices. "Il y a les jours où les sections sont en alerte, donc là ils font de l'instruction et ils continuent à travailler...", explique le capitaine Jonathan, du 5ème escadron du 501e régiment de Mourmelon-le-Grand. Des exercices sont ainsi organisés au camp de base pendant toute la durée de la mission Sentinelle, pour s'entraîner au combat urbain en milieu confiné, comme l'explique le Capitaine Jonathan : "l'idée c'est de profiter d'être ici à Sentinelle, pour ne pas perdre les savoirs faire acquis et de préparer les échéances qui nous attendent après...". Centre d'entraînement ou opérations militaires extérieures de France (OPEX) pour certains. 

"On trouvera toujours une solution pour être présents" : reportage en gare de Lyon au milieu des voyageurs.

Au total, près de 250 hommes du 501e régiment de chars de combat de Mourmelon-le-Grand sont engagés dans l'opération Sentinelle depuis plusieurs semaines. Parmi eux, des réservistes du 6e escadron, qui ont sont parfois à leur troisième ou quatrième mission Sentinelle dans la capitale. La façon de gérer les missions a évolué pour éviter la "lassitude" assure le lieutenant-colonel Pierre : "Après les attentats de 2015 avec la forte présence des soldats, certains soldats ont été régulièrement affectés aux mêmes endroits... maintenant avec la ré articulation du dispositif, plus mobile, plus aléatoire, je dirai que l'habitude n'est quasiment plus possible". 

Les militaires sont entre 3 et 10 lorsqu'ils patrouillent.  - Radio France
Les militaires sont entre 3 et 10 lorsqu'ils patrouillent. © Radio France - Sophie Constanzer