Société

REPORTAGE - Les nouvelles technologies s'invitent au Salon de l'Agriculture

France Bleu jeudi 27 février 2014 à 15:01

Sur le stand de l'INRA, des applications mobiles censées faciliter la vie des agriculteurs sont présentées
Sur le stand de l'INRA, des applications mobiles censées faciliter la vie des agriculteurs sont présentées © MaxPPP

Rendez-vous annuel du monde agricole avec le grand public, le Salon de l'Agriculture est l'occasion de mettre en avant des technologies nouvelles. Ces procédés permettent non seulement de mettre en valeur le travail des agriculteurs auprès des visiteurs, mais ce sont aussi des outils utilisés dans le monde professionnel.

Au Salon de l'Agriculture, un jour de forte affluence. Des visiteurs, petits et grands, se bousculent pour escalader les marches qui mènent à la cabine de pilotage d'une immense moissonneuse-batteuse. Mais une fois au sommet, pas question de mettre en marche le mastodonte

Une moissonneuse-batteuse exposée au Salon de l'Agriculture - Radio France
Une moissonneuse-batteuse exposée au Salon de l'Agriculture © Radio France - - Julien Baldacchino
Pourtant, piloter une moissonneuse-batteuse au Salon de l'Agriculture, c'est possible. Il suffit pour cela de traverser l'allée. Là, un simulateur 3D permet de prendre – virtuellement – les commandes d'un appareil. Les visiteurs, par groupe de quatre, chaussent des lunettes spéciales et se placent face à quatre écrans, dont un placé sous leurs pieds, pour simuler la conduite de l'appareil.

Laure et Estelle, deux ados, ont testé le simulateur de moissonneuse-batteuse

Des outils qui servent à la formation et à la conception

Derrière cette animation très prisée, un groupement des industriels et des distributeurs de l'agro-équipement. Objectif de l'opération : faire découvrir au grand public, via ce dispositif de pointe, une filière en manque d'employés . Pour Gilbert Daverdisse, de la Sedima, un syndicat de machinistes agricoles, le pari était risqué, mais c'est finalement un succès au vu du nombre de personnes qui se pressent sur ce stand.

Gilbert Daverdisse parle du succès de l'animation mise en place sur le stand de l'agroéquipement

La mise en avant de ce dispositif appelé réalité virtuelle permet aussi de montrer que l'agriculture ne correspond plus, aujourd'hui, à l'image d'Epinal du cultivateur traditionnel et vieillot. Car cette technologie est aussi utilisée dans le milieu professionnel : "On s'en sert pour former des machinistes, et pour concevoir les appareils ", explique Marc Travers, de la société Realyz, qui fournit l'ensemble du dispositif.

Le simulateur en réalité virtuelle permet de se prendre pour un conducteur de moissonneuse-batteuse - Radio France
Le simulateur en réalité virtuelle permet de se prendre pour un conducteur de moissonneuse-batteuse © Radio France - - Julien Baldacchino
Car du côté des professionnels, le Salon de l'Agriculture est aussi l'occasion d'aller à la rencontre de ceux qui fabriquent des outils de pointe. Julien Valentin, vice-président du syndicat des Jeunes agriculteurs, explique que ces outils servent de "facilitateurs " dans le travail des professionnels, au quotidien.

Julien Valentin (JA) : "La technologie, c'est pas ce qu'on présente au 13h, mais on n'est pas moins modernes que les autres"

Le drone n'existe pas physiquement, mais apparaît sur un écran face à l'utilisateur - Radio France
Le drone n'existe pas physiquement, mais apparaît sur un écran face à l'utilisateur © Radio France - - Julien Baldacchino
Des technologies mobiles, mais des lacunes en termes de haut débit

Images satellite, drones, mais aussi applications mobiles, servent à apporter des informations plus facilement aux agriculteurs. L'Institut national de la recherche agronomique a par exemple mis en place une gamme d'applications mobiles destinées à aider les professionnels – mais aussi les particuliers qui ont des cultures. 

Par exemple, l'INRA a créé un duo d'applications – disponibles pour le moment seulement sur Android – destinées à identifier et comptabiliser les chenilles processionnaires d'une part, et les frêlons asiatiques d'autre part, deux parasites potentiels. Ces applications permettent non seulement aux utilisateurs de signaler la présence de ces insectes, mais aussi de s'informer à leur sujet.

Jean-Marc Armand, responsable du développement des applications à l'INRA, présente l'une des applications mobiles

D'autres applications permettent, entre autres, de détecter les maladies qui affectent des plants de tomates en fonction des symptômes. 

Reste un point à améliorer selon Julien Valentin : dans les exploitations agricoles, les débits de connexion à internet sont encore parfois trop faibles, et les autorités ne font rien pour améliorer la situation. Or, sans connexions internet suffisantes, pas d'agriculture connectée . Et pour l'heure, selon le jeune agriculteur marnais, il y a encore des progrès à faire. 

Julien Valentin : "On a besoin qu'on pense à nous sur la couverture du haut débit"

A écouter aussi > Le choix de Francebleu.fr dédié au Salon de l'agriculture, un salon très connecté

A découvrir aussi > "Mon veau s'appelle Hashtag", le web-reportage réalisé par France Info