Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Déjà amputée d'une scène, la pièce de théâtre désormais cible de militants catholiques

mardi 10 avril 2018 à 12:34 Par Ruddy Guilmin, France Bleu Maine

Présentée ce mardi et ce mercredi au théâtre des Quinconces, au Mans, "Sur le concept du visage du fils de Dieu" a dû être amputée d'une scène à cause d'un arrêté de la préfecture. La sécurité est par ailleurs renforcée suite à des tags et un appel à manifester de catholiques intégristes.

Un mur du théâtre a été tagué
Un mur du théâtre a été tagué © Radio France - Ruddy Guilmin

Depuis sa création en 2011, c'est une pièce controversée, qui a notamment suscité des manifestations de catholiques intégristes devant et dans les théâtres. À la veille de deux représentations aux Quinconces, au Mans, Sur le concept du visage du fils de Dieu est de nouveau prise pour cible : dans la nuit de lundi à mardi, plusieurs serrures du théâtre ont été obstruées avec de la colle. Et une inscription latine en lettres bleues, "Ad Deum non nobis", a été taguée sur un mur latéral du bâtiment, soit "pour Dieu, pas en notre nom". Ce qui serait aussi une référence à un psaume lié à l'ordre des Templiers.

De plus, un appel à manifester ce mardi à 19 h 30 devant le théâtre a été lancé sur les réseaux sociaux, notamment par des militants du groupuscule royaliste d'extrême droite, Action Française. Un appel relayé par le Front National de la Sarthe et le conseiller municipal FN du Mans, Louis De Caqueray-Valmenier :

 En conséquent, la sécurité sera renforcée durant ces deux soirs au théâtre, "comme dans la plupart des villes où cette pièce est jouée", précise-t-on du côté des Quinconces. 

Une scène en moins suite à une décision de la préfecture

Par ailleurs, au Mans, la pièce sera amputée d'une scène à cause d'une décision prise en fin de semaine dernière par la préfecture. Vers la fin du spectacle, cette scène montre des enfants jetant des grenades factices sur le visage du christ, affiché en grand sur le fond de la scène. On peut la voir brièvement dans ce reportage, à partir de la 28e seconde :

S'agit-il donc d'un acte de censure de la part des autorités de l'État ? Pas exactement car la préfecture n'a pas interdit de jouer cette scène, simplement d'employer des enfants, comme elle l'explique dans cette réponse écrite : "La direction départementale de la cohésion sociale a été sollicitée pour délivrer une autorisation de travail pour neuf mineurs afin qu'ils interviennent en qualité d'acteurs dans ce spectacle. Considérant l'âge des enfants retenus pour la prestation et les caractéristiques de la scène à laquelle les mineurs devaient participer, le préfet de la Sarthe a refusé cette autorisation d'emploi par un arrêté préfectoral. Cet arrêté n'a pas vocation à interdire cette scène durant le spectacle, il vise uniquement à préserver les mineurs qui auraient dû y participer."

Le metteur en scène a choisi de maintenir les deux représentations. Une lettre, que les Quinconces ont refusé de nous transmettre, sera distribuée aux spectateurs pour leur expliquer le sens de cette scène. Laquelle sera donc exceptionnellement coupée. La direction du théâtre n'a pas souhaité s'exprimer non plus sur le sujet.