Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les habitants de la cité des Oiseaux se sentent abandonnés des pouvoirs publics

-
Par , France Bleu Roussillon

La résidence des Oiseaux dans le quartier du Vernet à Perpignan (Pyrénées-Orientales) est un lieu propice aux trafics de drogue et de délinquances depuis des années. Les habitants excédés, se sont mobilisés hier pour alerter une nouvelle fois les pouvoirs publics.

Les habitants sont fatigués de la situation
Les habitants sont fatigués de la situation © Radio France - Colline Rigaut

Perpignan, France

Les habitants de la cité des Oiseaux à Perpignan ont exprimé une nouvelle fois ce samedi leur exaspération face aux problèmes de drogue. À l'initiative du collectif du quartier des Oiseaux, ils étaient une centaine réunie devant le bâtiment 1 de la résidence pour tenter d'interpeller les élus et les pouvoirs publics. 

"La sécurité des biens et des personnes n'est pas assurée".

Violences, drogues, incivilités : c'est le quotidien des habitants de la résidence . "Il y a des liasses de billets qui circulent et ils font ça en plein jour, ils se font un Smic en une journée. Ils cassent tout, ils dealent, le plus dérangeant, c'est que ce sont des gamins qui font ça, ils devraient être à l'école" s'exaspère Jean-Pierre. 

Cassandra a emménagé récemment dans la résidence avec son mari et ses filles de deux et trois ans, elle regrette déjà : "clairement on n'est pas rassurés, on descend de chez nous avec nos filles, on ne sait pas ce qui va se passer, c'est très inquiétant". Les habitants se sentent abandonnés, c'est le sentiment d'Alexandre : "quand j'entends dire que la municipalité ce n'est pas l'Etat, ça me met hors de moi, elle représente l'Etat. Ils auraient dû agir depuis des années, là ce qui va se passer c'est qu'ils vont attendre qu'il y ait un drame pour se bouger". 

Les élus cherchent des solutions

La mairie de quartier assure que la police municipale passe régulièrement. Elle est en train aussi d'aménager des lieux souvent abandonnés et donc propices aux trafics de drogue, en des lieux publics, mais ce n'est pas suffisant pour François, un autre habitant : "la police fait un travail magnifique, mais le problème, comme ils sont mineurs, ils sont embarqués et trois heures après, ils sont de nouveau là". 

Les élus travaillent sur le problème des mineurs qui font du trafic de drogue, Chantal Bruzi est déléguée à la sécurité publique de Perpignan : "on va monter des dossiers pour que le Procureur de la République envisage de poursuivre les parents sur le fait que c'est une atteinte à la santé et à la moralité de l'enfant quand ils les laissent traîner et revendre de la drogue. J'espère que la justice répondra à notre demande car on ne veut pas de zone de non-droit à Perpignan".

Selon Chantal Bruzi, en 1 mois et demi, 250 interpellations ont été réalisées grâce à l'installation récemment de deux caméras de vidéo surveillance.

Ecoutez le témoignage de Cassandra, une habitante

Plusieurs élus étaient présents - Radio France
Plusieurs élus étaient présents © Radio France - Colline Rigaut