Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Respect du confinement : moins de 10% de personnes verbalisées en Occitanie

-
Par , France Bleu Occitanie

Depuis mardi 6 avril, il faut se munir d'une attestation pour se déplacer au-delà de 10 kilomètres de son domicile. Policiers et gendarmes effectuent de nombreux contrôles en Occitanie. Le point avec le patron des gendarmes de Haute-Garonne, le général Jacques Plays.

Après une période de tolérence et de pédagogie, l'heure est à la fermeté.
Après une période de tolérence et de pédagogie, l'heure est à la fermeté. © Radio France - Michael DESPREZ

Après un weekend de Pâques sous le signe de la tolérance, les policiers d'Occitanie effectuent des contrôles afin de faire respecter le nouveau confinement, qui interdit notamment de se déplacer à plus de 10 kilomètres de son domicile sans raison valable. Après la pédagogie, l'heure est à la fermeté. Le général commandant de la gendarmerie d'Occitanie et du groupement de Haute-Garonne, le général Jacques Plays était l'invité de la matinale de France Bleu Occitanie.

Est-ce que beaucoup de gens dans la région et en Haute-Garonne ont été verbalisés depuis le début du confinement ?

La journée de mardi était marquée par la fin de la période de tolérance concernant les grands déplacements. Nous avons contrôlé énormément de personnes, des individus qui se promenaient, mais aussi un très grand nombre de véhicules pour rappeler les règles. 

Beaucoup d'habitants semblent surpris par ces contrôles, alors que les règles sont à peine comprises...

Je pense que les règles sont dans la continuité de ce qui avait déjà été ciblé auparavant. Il y a eu quatre jours de tolérance justement pour expliquer ces règles. Je ne pense donc pas qu'on puisse décemment dire qu'on est surpris par ces contrôles. En revanche, ce qui est certains, c'est que nous faisons encore preuve d'une certaine compréhension vis à vis des personnes qui se déplacent. Nous demandons les attestations, mais elles ciblent de nombreux cas d'exception. Quand la personne apparaît de bonne foi, il n'y a aucune raison de verbaliser. Nous avons moins de 10% de personnes verbalisées sur l'ensemble de l'Occitanie

C'est au péage des autoroutes que vous allez le plus contrôler ces prochaines semaines ?

L'objectif principal du contrôle des déplacements, ce sont les déplacements de grande distance. De façon générale, au nord du département et au delà des 30 km, à partir de ce moment-là, les autoroutes apparaîtront comme des accès privilégiés. Il est clair que les péages sont à la fois des points de passage obligés et puis également des zones où les contrôles peuvent se faire en toute sécurité. 

Est-ce que les règles sont mieux respectées à la campagne qu'en ville ?

On a un autre comportement en campagne, et globalement, même si les gens ont parfois se sentent un peu plus éloignés de l'épidémie, ils ont assez naturellement tendance à respecter la règle. C'est une situation de fait, c'est sociologique, sans doute, mais on le constate. 

En revanche, aujourd'hui, ce qui est important, c'est de rappeler à la totalité de la population qu'il y a un effort collectif qui est demandé. Et si tout le monde s'y tient à ces règles, on aura plus de chances de s'en sortir. 

Quand est-ce que vos hommes se feront vacciner ?

À ce stade, nous n'avons pas reçu de précision sur le calendrier. Certaines opérations pourraient commencer ponctuellement à partir de la mi-avril, soit menées par le service de santé des armées, soit mené sous la direction des préfets. En tout cas, ils ont envie de se faire vacciner, afin de se protéger eux-mêmes mais aussi leur famille. 

Le général Jacques Plays, commandant de la région de gendarmerie d'Occitanie et du groupement de gendarmerie en Haute-Garonne

Choix de la station

À venir dansDanssecondess