Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
DOSSIER : Confinement - Coronavirus : 100% solidaire

Restos du Cœur : des situations dignes "de la crise de 1929" selon le président de l'association

-
Par , , France Bleu

Ce samedi 2 mai, France Bleu organise une journée spéciale Restos du Cœur. En pleine épidémie de coronavirus, l'association lance un appel aux dons. Le nombre de bénéficiaires a été multiplié par "deux ou par trois" selon le président des Restos. Patrice Blanc s'inquiète pour l'avenir des Restos.

Pour soutenir l'association si importante en ces temps de crise sanitaire et économique, France Bleu se mobilise ce samedi 2 mai pour mettre en lumière les actions et les bénévoles des Restos du Coeur. Une journée spéciale leur est dédiée sur notre antenne. En ce moment, l'association est plus nécessaire que jamais pour distribuer des repas aux plus démunis.

Si l'association n'a pas de chiffres globaux sur l'augmentation du nombre de bénéficiaires, Patrice Blanc, le président des Restos du Coeur, estime que "partout, il y a une multiplication par deux ou par trois". A Nantes, par exemple, "il y a deux jours, il y avait une queue de 1.300 personnes, la distribution a pris six heures", explique Patrice Blanc. A Marseille, en partenariat avec la fondation de l'OM, les Restos ont ouvert le stade Vélodrome pour "permettre à des étudiants ou des personnes dans le besoin d'accéder à l'aide alimentaire". Ils ont accueillis entre 400 et 500 bénéficiaires jeudi dernier.

Des saisonniers et des commerçants 

En ce moment, l'association voit arriver dans ses différents centres de nombreux chômeurs et travailleurs pauvres. "Dans le département de la Vendée par exemple, il y a déjà beaucoup de saisonniers qui sont présents pour la saison touristique sauf qu’ils ne sont pas embauchés", souligne Patrice Blanc.

Dans les Pyrénées-Orientales, les Restos accueillent des artisans, des commerçants qui ont dû fermer leurs magasins, n'ont donc plus de revenus. A Paris, Toulouse ou Bordeaux, on retrouve également "des jeunes avec leur tenue de Uber Eats ou Deliveroo qui viennent chercher à manger pour eux". L'association accueille également des étudiants et des mamans avec enfants, les cantines scolaires étant fermées en ce moment.

Nous avons des personnes en situation de grande crise, c'est dramatique. - Patrice Blanc, président des Restos du Coeur

Les banlieues sont également concernées par cette hausse du nombre de bénéficiaires. "Un certain nombre de personnes ont été hébergées en hôtel par la Préfecture, et en Seine-et-Marne, l’équipe des Restos dessert une quarantaine d’hôtels", précise Patrice Blanc. Près de Lannion, en Bretagne, les transports en commun ne fonctionnant plus, "ce sont les Restos qui doivent se déplacer et mettre des centres provisoires dans les quartiers".

Le monde rural n'est pas épargné non plus : "Dans le Lot-et-Garonne, l’équipe nous a fait remonter la présence de travailleurs agricoles, qui étaient présents pour les récoltes et qui ne sont pas embauchés". 

Les équipes de bénévoles et de salariés des Restos du Coeur ont réussi à faire face à cette vague que personne ne prévoyait, qui est une crise d’une ampleur majeure. - Patrice Blanc

Un manque de bénévoles dans l'Est de la France

La région Grand Est ayant été très touchée par l'épidémie de coronavirus, il s’est rajouté un problème supplémentaire pour les Restos : "Beaucoup de nos équipes bénévoles ont été atteintes par la maladie. Il y a eu heureusement de jeunes bénévoles qui se sont présentés, mais en milieu rural, certains petits centres n’ont pas pu ouvrir tout de suite". 

Dans certains endroits, notamment dans l'Est, l'association a mis en place une coopération avec la Croix Rouge pour atteindre des personnes à domicile. "Des personnes qui pouvaient faire la fin des marchés pour se nourrir à prix très réduits ou gratuitement, mais avec la suppression des marchés, ils n’ont plus cette ressource", explique Patrice Blanc.

Une aide de 39 millions d'euros de l'État

L'Etat a débloqué une enveloppe de 39 millions d'euros pour l'aide alimentaire. Un soutien bienvenu pour Patrice Blanc : "Nous nous réjouissons de cette décision, qu’il y ait à la fois 25 millions pour les associations qui apportent une aide alimentaire et 14 millions qui vont être distribués sous forme de chèques services, qui vont être remis directement par les centres communaux d’action sociale dans quelques départements".  Pour déterminer combien chaque association va recevoir, elles doivent rencontrer prochainement la secrétaire d'État chargée du dossier.

Cette aide sera de toute façon très importante pour l'avenir des Restos du Coeur, qui ont engagé "de très grosses dépenses, en particulier pour les équipements de protection individuelle". En effet, l'association a elle-même acheté des masques en Chine, des visières, des gants et du gel hydroalcoolique. 

Face à ça, heureusement, la générosité des Français est au rendez-vous, que ce soit des particuliers ou des entreprises qui font des dons. - Patrice Blanc

Mais le président de l'association est inquiet pour le futur : "Notre inquiétude en termes financiers n’est pas immédiate, grâce à ces dons, on peut faire face à l’augmentation des besoins, mais la crise va durer, l’été et l’automne, on va être dans une situation très délicate". 

Patrice Blanc réclame désormais un moratoire sur la trêve hivernal. Autrement, "on va avoir des gens qui vont repartir à la rue et qui n’auront plus de lieux possibles pour faire la cuisine, ça se serait quelque chose de dramatique". Le président des Restos demande aussi un moratoire sur l'application des nouvelles règles de l'assurance chômage qui doivent s'appliquer à l'automne. "Je vais prendre le seul exemple des intermittents du spectacle, qui cet été n’auront pas pu faire leurs heures leur ouvrant droit au chômage, on est sûrs qu’on les retrouvera frapper à la porte des Restos du Coeur", souligne Patrice Blanc.

Pour aider les Restos, vous pouvez :

- devenir bénévole

- faire un don

Choix de la station

À venir dansDanssecondess