Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : France Bleu partenaire des Restos du Cœur

Restos du Cœur : les bénévoles du centre d'Auxerre sont prêts

lundi 26 novembre 2018 à 18:44 Par Delphine Martin, France Bleu Auxerre

L'association fondée par Coluche en 1985 lance ce mardi 27 novembre sa 34e campagne d'hiver. Dans l'Yonne comme ailleurs, les bénévoles sont motivés, engagés, mais aussi inquiets du nombre croissant de personnes qui ont besoin des restos pour survivre.

Une partie des bénévoles des restos du cœur d'Auxerre.
Une partie des bénévoles des restos du cœur d'Auxerre. © Radio France - Delphine Martin

Auxerre, France

Les Restos du cœur dans l'Yonne représentent 14 centres de distribution, dont un centre mobile qui se déplace en camionnette. Le centre d'Auxerre, qui se trouve rue Camille-Desmoulins, est le plus grand, avec 45 bénévoles et plus de 500 familles bénéficiaires. En hiver, les distributions alimentaires ont lieu deux fois par semaine, le mardi et le vendredi.

"Quand tout s’écroule d’un coup, on est là" — Michel, bénévole depuis deux ans

Depuis plusieurs jours déjà, les bénévoles auxerrois s'activent pour que tout soit prêt. Il a d'abord fallu faire un bon ménage des locaux, avant de lancer les commandes, gérer les stocks de denrées alimentaires et organiser la distribution. 

Michel, bénévole depuis deux ans, est retraité du secteur bancaire. Pour lui, c'est comme un nouveau métier : "Oui, on apprend des choses. Il y a de la gestion des stocks. Car il faut faire en sorte, en fonction de ce que nous avons, que chacun puisse repartir avec quelque chose. Il ne faut pas que certains aient beaucoup de choses et d'autres rien. C'est parfois un peu compliqué à organiser."

Mais être bénévole aux Restos du Cœur, c'est aussi un échange, un accompagnement. Pour Michelle Mancinelli, l'une des trois responsables du centre d'Auxerre, la mission des restos va plus loin qu’une distribution alimentaire : "Ici, on accueille des gens qui se battent, qui ont eu un gros problème à un moment donné et qui sont tombés. C’est déjà dur de frapper à la porte des restos du cœur. Donc on les écoute. On est disponible pour les écouter. Quand tout s’écroule d’un coup, on est là. On leur propose un café. On donne, mais ça nous apporte tellement", confie la retraitée.

Les chiffres des Restos du Cœurs dans l'Yonne - Radio France
Les chiffres des Restos du Cœurs dans l'Yonne © Radio France - Denis Souilla

Le centre d’Auxerre repose sur 45 bénévoles, qui donnent du temps et de l’énergie pour les autres. Un engagement « tout naturel » pour Jacky, bénévole depuis cinq ans : "J’aime aider les gens, j’ai du temps pour le faire puisque je suis à la retraite. Ça me permet de rencontrer des gens, de discuter et de ne pas banaliser la misère", explique le retraité. 

"Il ne faut pas banaliser la misère" — Jacky, bénévole depuis cinq ans

"Moi, je n’ai pas vécu une enfance malheureuse mais mes parents avaient des difficultés, mon père était réfugié politique espagnol, les restos du cœur n’existaient pas. On a toujours trimé et ça m’a beaucoup marqué dans ma jeunesse. Aujourd’hui, ma situation s’est améliorée, mais pour moi c’est presque un devoir d’aider les gens. Enfin, je le ressens comme ça", poursuit-il en souriant.

Les locaux des restos du coeur d'Auxerre attendent les bénéficiaires - Radio France
Les locaux des restos du coeur d'Auxerre attendent les bénéficiaires © Radio France - Delphine Martin

Le sourire, c’est aussi la marque de fabrique de Jacqueline. Cette bénévole auxerroise vient une ou deux fois par semaine. Avec joie : "On est un petit noyau de bénévoles soudées. C’est familial. Et c’est important pour les bénéficiaires, qui se rendent compte qu’on est soudé, qu’on est là tous ensemble pour les aider. Je pense qu’on ne rentre pas dans une association comme celle-là sans donner quelque chose de soi-même"

"Si Coluche savait qu'on est encore là. Et avec autant de demandeurs... !"

L'an dernier, les Restos du Cœur à Auxerre ont distribué plus de 194 000 repas. C'est 30 % de plus que l'année précédente. Et ça devrait encore augmenter cet hiver selon les bénévoles comme Marcelle, qui s'en désole : "Tous les ans, au moment des réinscriptions, on fait le même constat : ce n’est pas possible, il y en a encore, et cette année, on note beaucoup de gens nouveaux, qui n’étaient pas là cet été, qui n’étaient pas là l’hiver dernier. C’est désespérant. Si Coluche, qui ne pensait être là que pour quelque temps, savait qu’on est encore là avec autant de demandeurs… Mon Dieu !"

Parents isolés, retraités en difficulté, jeunes dans la précarité : les gens qui ont besoin des restos pour survivre ont tous les profils. L'association vient en aide à plus de 500 familles à Auxerre. L’an dernier, elle a distribué plus de 194 000 repas. Et dans tout le département, les 14 centres des restos comptent 300 bénévoles et viennent en aide à plusieurs milliers de familles.

  - Visactu
© Visactu