Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Rétablir l'ordre républicain dans le quartier Pissevin-Valedgour à Nîmes

mardi 13 février 2018 à 16:56 Par Ludovic Labastrou, France Bleu Gard Lozère

Pissevin-Valdegour à Nîmes retenu dans le dispositif quartiers de reconquête républicaine. Des habitants aspirant à la tranquillité mais où prédomine un sentiment de zone de non-droit. Violences urbaines, radicalisation, économie souterraine, des renforts de police sont attendus au 1er janvier 2019.

Prèsentation symbolique dans le quartier Pissevin-Valedgour à Nîmes.
Prèsentation symbolique dans le quartier Pissevin-Valedgour à Nîmes. © Radio France - Ludovic Labastrou

Nîmes, France

Présentation symbolique, ce mardi, dans le quartier Pissevin-Valdegour à Nîmes du futur dispositif la police de sécurité du quotidien. La volonté du ministère de l’Intérieur, "construire une société rassemblée et apaisée". Le quartier nîmois a été retenu comme quartier de reconquête républicaine, il est le seul dans le Gard. Trente quartiers en France sont concernés.

Violences urbaines, trafic, économie souterraine, radicalisation les stigmates d'un quartier qui aspire à la tranquillité

Un peu plus de quinze mille habitants dans le quartier Pissevin-Valdegour mais 7% de la délinquance constatée sur la capitale Nîmoise. Un peu plus de 900 faits constatés en 2017. D'ici au 1er janvier, de 15 à 25 policiers supplémentaires devraient être affectés dans le Gard.

Le ver est dans le fruit, mais on peut encore sauver le fruit. Nous ne céderons pas aux individus qui veulent instaurer leur loi sur le quartier.

Le quartier Pissevin-Valdegour, c'est une population en situation de précarité marquée, beaucoup de logements sociaux et un échec scolaire important. Des politiques publiques prioritaires en matière d'éducation et de renouvellement urbain sont en cours pour corriger ces inégalités. La reconquête républicaine qu'on entend y mener est aussi une des priorités.

La police de sécurité du quotidien, se défend-on, n'a rien avoir avec la défunte et très controversée police de proximité. Pas question d'activités sportives, mais des personnels aguerris qui chercheront du renseignement pour lancer et approfondir les enquêtes.

Eric Maurel, procureur de la république de Nîmes.

15 à 25 policiers supplémentaires dégagés des tâches indues et concentrés sur les enquêtes parce que c'est aussi une demande des habitants.

Des policiers supplémentaires dégagés des tâches indues - comme les extractions judiciaires ou la gestion des procurations électorales - est donc entièrement dédié aux enquêtes. De la présence sur le terrain pour répondre aux aspirations de la population.

Jean-Pierre Sola, directeur départemental de la sécurité publique du Gard.