Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retenue collinaire à La Féclaz : opération (re)conquête pour les porteurs du projet

-
Par , France Bleu Pays de Savoie
Les Deserts

Après des mois de polémique aux Déserts, en Savoie, les travaux de la retenue collinaire commenceront fin juin. Le projet consiste à construire un lac artificiel qui servira ensuite à alimenter les canons à neige et produire de la neige dans la station nordique de la Féclaz.

C'est sur ce terrain que sera bientôt construit la retenue collinaire à La Féclaz
C'est sur ce terrain que sera bientôt construit la retenue collinaire à La Féclaz © Radio France - Luc Chemla

Les engins de chantiers vont bientôt faire leur retour sur le terrain choisi pour accueillir la future retenue collinaire à La Féclaz, station nordique savoyarde située aux Déserts, dans le parc du massif des Bauges. Après des mois de polémique, les travaux doivent commencer à la fin du mois de juin et pour minimum cinq mois. 

Alimenter les canons et "sécuriser le front de neige"

Le projet, porté notamment par le Syndicat Mixte des Stations des Bauges, consiste à créer un lac artificiel de 25 000 mètres cubes à partir d'une rivière souterraine, La Cha, qui permettra via un système de pompage d'alimenter des canons à neige pour produire de la neige artificielle. Même lors d"une saison où les chutes de neige seront moins abondantes, "le front de neige sera ainsi sécurisé" selon les responsables. 

Contesté par une partie de la population de la commune, ce lac est également combattu par des associations comme les Amis de la Terre ou encore le mouvement Extinction Rebellion. Ils dénoncent notamment les conséquences néfastes pour l'environnement et l'inutilité du projet. 

Le lac artificiel fera 25 000 m3 sur ce terrain à La Féclaz
Le lac artificiel fera 25 000 m3 sur ce terrain à La Féclaz © Radio France - Luc Chemla
Le terrain actuel avant la construction de la retenue collinaire
Le terrain actuel avant la construction de la retenue collinaire © Radio France

Communiquer et démonter les critiques

Lors d'une conférence de presse organisée ce mercredi, les porteurs du projet ont ainsi tenu à s'exprimer pour clarifier certains points et surtout "communiquer". La présidente du Syndicat mixte des stations des Bauges et maire des Déserts, Sandra Ferrari, reconnaît elle-même un loupé et un manque de communication. Des vidéos explicatives sont en préparation et l'organisation de réunions publique sont dans les tuyaux. "Il faut créer du lien avec la population" selon l'élue. 

"Est-ce que prélever ces 30 000 mètres cubes d'eau va impacter l'environnement de la Leysse ? La réponse est non" - Le directeur du Comité pour l'assainissement du lac du Bourget

Pour cela, la stratégie adoptée est la suivante : affronter les critiques puis les démonter. Par exemple, celles sur l'impact écologique de cette retenue collinaire, notamment sur les cours d'eau en aval. 

Il n'y en aura aucun promet Renaud Jalinoux, directeur du comité pour l'assainissement du lac du Bourget. "On doit prélever 30 000 m3 dans l'année pour faire de la neige de culture. La question est "est-ce que prélever ces 30 000 mètres cubes va impacter l'environnement de la Leysse ? La réponse est non, _à condition de prendre cette eau au bon moment_, c'est-à dire quand la neige fond, quand il a plu. Et puis surtout, c'est de ne pas prendre d'eau quand la Doriaz et la Leysse sont en souffrance écologique, quand il n'y a pas assez d'eau."

Convaincre les sceptiques : quasi mission impossible

Economiquement, ce projet est également indispensable selon Franck Perrin, directeur du domaine Savoie Grand Revard. " Cela va surtout maintenir l'attractivité du site nordique au démarrage de la station de La Féclaz, c'est très important. On va sécuriser aussi l'activité du stade de biathlon."

"C'est un très gros investissement pour une utilisation aléatoire." - Une habitante opposée au projet

Les porteurs du projet ont beau se démener, le mal est fait pour beaucoup des anti-retenue collinaire. Certains ne changeront d'ailleurs pas de position comme cette habitante des Déserts, qui souhaite rester anonyme. "C'est un très gros investissement pour une utilisation aléatoire car cela va dépendre des températures. Il faut plutôt transformer nos activités pour garder un tissu économique et faire en sorte qu'elles soient respectueuses de la nature et économiquement viables. Le coût de ce lac artificiel est de 3,8 millions d'euros. 

Pour afficher ce contenu Google Maps, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess