Infos

Retraites : pas d'augmentation des complémentaires en 2014 ?

France Bleu mardi 11 mars 2014 à 8:20

Les retraites complémentaires sont perçues par 11,6 millions de personnes
Les retraites complémentaires sont perçues par 11,6 millions de personnes © Maxppp

Mauvaise année pour les retraités, si l'on en croit "les Echos". Outre un décalage de six mois des pensions de retraite, prévu par la réforme des retraites votée l'an dernier, les complémentaires du privé ont elles aussi gelé leurs pensions pour cette année. La faute à la crise, et à une inflation inférieure aux prévisions.

Les retraites ne seront pas revalorisées au 1er avril comme c'est le cas habituellement mais au 1er octobre , ça, ce n'est pas une surprise : la mesure est annoncée depuis plusieurs mois. Elle fait partie de la loi de réforme des retraites, adoptée l'an dernier par le Parlement. Un gel d'une durée de six mois qui devrait permettre à la branche retraite de la Sécurité sociale d'économiser pas moins de 800 millions d'euros .

Ce que Les Echos révèlent ce mardi, en revanche, c'est que les retraites complémentaires du privé vont elles aussi stagner au 1er avril 2014. Les régimes Agirc et Arrco, gérés conjointement par le patronat et les syndicats, vont décider cette semaine d'une revalorisation nulle pour cette année, croit savoir le quotidien économique. 

La compensation d'une faible inflation en 2013

Pour expliquer cette stagnation, il faut prendre en compte le fait que la crise économique a fortement affecté les comptes de ces régimes complémentaires qui concernent les cadres et les salariés du privé. L'an dernier, les partenaires sociaux ont donc décidé qu'en 2014 et 2015, la revalorisation des pensions complémentaires serait d'un point de moins que l'inflation .

Or, si cette année, l'inflation (la hausse des prix) prévue est de 1,3%, En théorie, les complémentaires devraient augmenter de 0,3% (un point de moins), selon l'accord. Mais l'an dernier, l'inflation a été très inférieure aux prévisions : + 0,7%. Mais les pensions complémentaires, qui se basent sur les prévisions du gouvernement, ont trop augmenté . C'est pour corriger cette hausse que les partenaires sociaux devraient décider, selon Les Echos , de faire stagner le montant des complémentaires. La CGT, qui n'a pas signé d'accord l'an dernier, dénonce "une nouvelle dégradation des conditions de vie des retraités ". 

Partager sur :