Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Rétro 2015 : les drapeaux tricolores n'ont pas été jetés

jeudi 31 décembre 2015 à 19:00 Par Philippe Graziani, France Bleu Limousin

C'était le 27 novembre. La France rendait hommage aux victimes des attentats du 13 novembre aux Invalides. Pour cette occasion François Hollande avait proposé que l'on pavoise nos maisons et nos fenêtres. Un succès qui n'est pas retombé tout à fait.

Les drapeaux se vendent toujours très bien
Les drapeaux se vendent toujours très bien - Philippe Graziani

Il n'y a certes plus beaucoup de drapeaux tricolores flottant aux balcons ou aux fenêtres. Mais il en reste encore, et pas seulement parce qu'ils ont été oubliés. Sur la maison de Christelle Clauzel  par exemple : "Je l'ai laissé pour ne pas oublier" dit cette habitante de Lagarde-Enval. Qui ajoute : "je trouve que beaucoup l'ont enlevé trop tôt". Et Christelle Clauzel conclut en précisant qu'elle ne sait pas quand elle rangera le sien. Pas tout de suite c'est sûr.

Une centaine de drapeaux vendus en un mois

Et que les drapeaux aient disparu des fenêtres ne veut pas dire qu'ils ont été jetés. Bien au contraire  puisque depuis le 27 novembre il s'en vend toujours. Catherine Prième, la gérante de la Maison de Bambou à Tulle, avait recommandé 200 drapeaux après le 27 novembre. Dans son carton, qu'elle sort tous les jours devant son magasin, il n'en reste déjà plus qu'à peine la moitié. "Les gens veulent en avoir un désormais chez eux, explique-t-elle, comme dans d'autres pays. Et certains de ses clients précisent que c'est pour le cas où "un nouveau drame arrivait".