Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

2017 en Limousin : qu'est devenu Fayçal, migrant afghan arrivé de la jungle de Calais ?

-
Par , France Bleu Limousin
Brive-la-Gaillarde, France

Que sont-ils devenus ? C'est le thème, cette semaine, de notre rétrospective consacrée à ces personnalités du Limousin qui ont tourné une page de leur vie en 2017. Rencontre aujourd'hui avec Fayçal, demandeur d'asile afghan, qui a obtenu des papiers.

Fayçal, installé à Brive, pratique le badminton
Fayçal, installé à Brive, pratique le badminton © Radio France - Nicolas Blanzat

C'est sur un terrain de badminton, à Brive, où il vit désormais en colocation provisoirement, que l'on retrouve Fayçal. Cet Afghan de 24 ans, qui ne parle alors pas un mot de français, débarque à Uzerche le 7 janvier 2016.

Il s'en souvient comme si c'était hier. "Il faisait très froid, j'étais malade. Alors, c'était très bien quand je suis arrivé. C'était calme, tranquille avec un toit et à manger", se souvient-il avec émotion. C'est alors le début de ses démarches pour demander l'asile. Lui a fui la guerre et les menaces, dit-il, en lien avec ses activités passées. "Pendant deux ans, j'étais avec les Américains comme traducteur. Après, j'ai travaillé deux ans pour une entreprise anglaise qui travaillait pour l'armée", détaille Fayçal qui reçoit la bonne nouvelle quelques mois plus tard. "J'ai reçu mes papiers le 24 août 2016", un statut d'un an renouvelable.

Cueillette des pommes, espaces verts... et formation à venir

Il se met alors au travail. "J'ai ramassé des pommes, j'ai travaillé dans les sapins de Noël puis dans une entreprise où je faisais un peu de tout : espaces verts, bâtiment, etc." pour s'intégrer dans cette société française. Ambition pour 2018 : reprendre les études. "Je veux faire une formation en commerce international", en lien avec l'AFPA et obtenir un statut plus pérenne, il l'espère, d'ici deux ou trois mois. "Quand je vais passer l'examen de la langue, je demanderai ensuite un statut pour dix ans." En attendant, il tape les volants et confirme le rôle socialisateur du sport.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess