Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Rétro 2018 : revivez l'actualité de l'année avec France Bleu Armorique

Rétro 2018 : le projet de parc d'attractions Avalonys abandonné à Guipry-Messac

-
Par , France Bleu Armorique

En 2018, la colère des agriculteurs a eu raison du projet Avalonys à Guipry-Messac. Le parc d'attractions dédié aux légendes arthuriennes ne s'installera pas dans le sud de l'Ille-et-Vilaine mais il verra peut-être le jour sur le site du Rocher Portail, à Maen Roch.

Le projet de parc d'attractions Avalonys à Guipry-Messac.
Le projet de parc d'attractions Avalonys à Guipry-Messac. - Kim Martin/ Enez Aval

Messac-Guipry, Messac, France

Il n'y aura pas de parc d'attractions dédié aux légendes arthuriennes à Guipry-Messac ! Le projet Avalonys s'est heurté à la fronde du monde agricole. Début avril 2018, la société Enez Aval a décidé de jeter l'éponge.... Pour mieux rebondir ! 

Un parc à 100 millions d'euros

Avec Avalonys, l'idée est de proposer une "immersion dans la féerie des légendes bretonnes, par des décors, des attractions, des spectacles", expliquait à l'époque le PDG d'Enez Aval, société à l'origine du projet. Et tout ceci accompagné des technologies de réalité virtuelle. Selon ses créateurs, le projet pourrait créer 200 emplois et accueillir 500.000 visiteurs par an.

A l'origine, le parc doit s'installer sur 82 hectares de terres agricoles à Guipry-Messac, dans le sud de l'Ille-et-Vilaine. Mais agriculteurs et habitants montent au créneau. Le site appartient encore à Butagaz, qui le met jusqu'ici à disposition de neuf exploitants agricoles. 

La colère des agriculteurs

Fin mars 2018, tous les syndicats agricoles manifestent au lieu-dit Cormeré à Guipry- Messac, là où justement le parc doit s'implanter. Ils demandent la préservation des terres agricoles et l'abandon du projet.

Il y a 80 hectares qui partiraient pour un projet absurde, il n'y a eu aucune concertation avec les agriculteurs concernés." - Guillaume Aveline, le président du syndicat Agrobio 35

Fait rare, l'ensemble des syndicats se mobilise contre le projet Avalonys. - Radio France
Fait rare, l'ensemble des syndicats se mobilise contre le projet Avalonys. © Radio France - Fanny Beaurel

Les élus, de leur côté, sont plutôt séduits par le projet, notamment ceux de la communauté de communes "Vallons de Haute Bretagne Communauté". Ils y voient un vecteur de développement économique et doivent décider le 4 avril s'ils accordent une avance remboursable de 50 000 euros au porteur du projet pour des études de terrain.

Mais finalement, la veille du vote, le 3 avril, la société Enez Aval renonce face à la polémique. Pour Aurélien Loro, son PDG, il y avait un risque d'implantation d'une ZAD : "les conditions de la concertation étaient devenues impossibles".

Les agriculteurs demandent l'abandon du projet Avalonys. - Radio France
Les agriculteurs demandent l'abandon du projet Avalonys. © Radio France - Fanny Beaurel

Le projet rebondit à Maen Roch

Quelques jours plus tard, Enez Aval annonce qu'elle travaille sur un nouveau site pour implanter son parc d'attractions. Avalonys pourrait ainsi voir le jour au Rocher Portail, à Maen Roch, près de Fougères. 

Le parc Avalonys pourrait s'implanter sur le site du Rocher Portail à Maen Roch. - Aucun(e)
Le parc Avalonys pourrait s'implanter sur le site du Rocher Portail à Maen Roch. - Manuel Roussel - DR

Cela fait déjà plusieurs mois que la société est en discussion avec Manuel Roussel, le propriétaire du domaine. Il a racheté le château de 59 hectares en 2016 et l'a ouvert l'année suivante. "Il y a un agriculteur en fermage en activité mais il part en retraite en 2020. Les terres seront donc libres", précise Manuel Roussel.

Nous sommes au bord de l'A84, et le Mont-Saint-Michel est à seulement 25 minutes." - Manuel Roussel, propriétaire du Rocher Portail

Les études sur le site doivent être lancées mais le porteur de projet espère une ouverture de son Puy du Fou breton en 2022.

Choix de la station

France Bleu