Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Rétro 2018 : revivez l'actualité de l'année avec France Bleu Armorique

Rétro 2018 : le projet de parc d'attractions Avalonys abandonné à Guipry-Messac

lundi 31 décembre 2018 à 7:06 Par Aurore Jarnoux, France Bleu Armorique

En 2018, la colère des agriculteurs a eu raison du projet Avalonys à Guipry-Messac. Le parc d'attractions dédié aux légendes arthuriennes ne s'installera pas dans le sud de l'Ille-et-Vilaine mais il verra peut-être le jour sur le site du Rocher Portail, à Maen Roch.

Le projet de parc d'attractions Avalonys à Guipry-Messac.
Le projet de parc d'attractions Avalonys à Guipry-Messac. - Kim Martin/ Enez Aval

Messac-Guipry, Messac, France

Il n'y aura pas de parc d'attractions dédié aux légendes arthuriennes à Guipry-Messac ! Le projet Avalonys s'est heurté à la fronde du monde agricole. Début avril 2018, la société Enez Aval a décidé de jeter l'éponge.... Pour mieux rebondir ! 

Un parc à 100 millions d'euros

Avec Avalonys, l'idée est de proposer une "immersion dans la féerie des légendes bretonnes, par des décors, des attractions, des spectacles", expliquait à l'époque le PDG d'Enez Aval, société à l'origine du projet. Et tout ceci accompagné des technologies de réalité virtuelle. Selon ses créateurs, le projet pourrait créer 200 emplois et accueillir 500.000 visiteurs par an.

A l'origine, le parc doit s'installer sur 82 hectares de terres agricoles à Guipry-Messac, dans le sud de l'Ille-et-Vilaine. Mais agriculteurs et habitants montent au créneau. Le site appartient encore à Butagaz, qui le met jusqu'ici à disposition de neuf exploitants agricoles. 

La colère des agriculteurs

Fin mars 2018, tous les syndicats agricoles manifestent au lieu-dit Cormeré à Guipry- Messac, là où justement le parc doit s'implanter. Ils demandent la préservation des terres agricoles et l'abandon du projet.

Il y a 80 hectares qui partiraient pour un projet absurde, il n'y a eu aucune concertation avec les agriculteurs concernés." - Guillaume Aveline, le président du syndicat Agrobio 35

Fait rare, l'ensemble des syndicats se mobilise contre le projet Avalonys. - Radio France
Fait rare, l'ensemble des syndicats se mobilise contre le projet Avalonys. © Radio France - Fanny Beaurel

Les élus, de leur côté, sont plutôt séduits par le projet, notamment ceux de la communauté de communes "Vallons de Haute Bretagne Communauté". Ils y voient un vecteur de développement économique et doivent décider le 4 avril s'ils accordent une avance remboursable de 50 000 euros au porteur du projet pour des études de terrain.

Mais finalement, la veille du vote, le 3 avril, la société Enez Aval renonce face à la polémique. Pour Aurélien Loro, son PDG, il y avait un risque d'implantation d'une ZAD : "les conditions de la concertation étaient devenues impossibles".

Les agriculteurs demandent l'abandon du projet Avalonys. - Radio France
Les agriculteurs demandent l'abandon du projet Avalonys. © Radio France - Fanny Beaurel

Le projet rebondit à Maen Roch

Quelques jours plus tard, Enez Aval annonce qu'elle travaille sur un nouveau site pour implanter son parc d'attractions. Avalonys pourrait ainsi voir le jour au Rocher Portail, à Maen Roch, près de Fougères. 

Le parc Avalonys pourrait s'implanter sur le site du Rocher Portail à Maen Roch. - Aucun(e)
Le parc Avalonys pourrait s'implanter sur le site du Rocher Portail à Maen Roch. - Manuel Roussel - DR

Cela fait déjà plusieurs mois que la société est en discussion avec Manuel Roussel, le propriétaire du domaine. Il a racheté le château de 59 hectares en 2016 et l'a ouvert l'année suivante. "Il y a un agriculteur en fermage en activité mais il part en retraite en 2020. Les terres seront donc libres", précise Manuel Roussel.

Nous sommes au bord de l'A84, et le Mont-Saint-Michel est à seulement 25 minutes." - Manuel Roussel, propriétaire du Rocher Portail

Les études sur le site doivent être lancées mais le porteur de projet espère une ouverture de son Puy du Fou breton en 2022.