Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Rétro 2019 : les cinq événements qui ont marqué l'année en Moselle

- Mis à jour le -
Par , , , , , , France Bleu Lorraine Nord

Quels sont les principaux événements de l'année en Moselle ? C'est la traditionnelle rétro de France Bleu Lorraine en cette fin 2019.

Le site de Neuhauser, plusieurs candidats aux municipales à Metz, le procès du Dr Frey médecin-inspecteur du Grand Est et Gnonsiane Niombia, joueuse de Metz Handball en demi-finale du Final Four
Le site de Neuhauser, plusieurs candidats aux municipales à Metz, le procès du Dr Frey médecin-inspecteur du Grand Est et Gnonsiane Niombia, joueuse de Metz Handball en demi-finale du Final Four - Cécile Soule, Thomas Vichard (RF), Attila Kisbedeneck (AFP)

Moselle, France

Sportifs ou judiciaires, économiques ou politiques : retour (subjectif) sur cinq événements qui ont marqué l'année 2019 en Moselle. 

La campagne des élections municipales à Metz

Elle a bel et bien démarré depuis de longs mois, même si les élections ne sont qu'au mois de mars prochain. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle s'apparente à une série télé à rebondissements. 

A gauche, le maire sortant Dominique Gros n'a pas désigné "d'héritier". Le PS compte deux candidats,Thomas Scuderi et Christiane Pallez, après la mort tragique de Jean-Michel Toulouze, adjoint aux finances et lui aussi prétendant à l'investiture au mois d'octobre. Mais les instances nationales ont désormais décidé de négocier avec Xavier Bouvet.

Xavier Bouvet, c'est l'ancien directeur d'Inspire Metz, à la tête de la liste Unis, une liste d'union entre son mouvement de la société civile, Esplanade, et les communistes, les écologistes, ainsi que les radicaux de gauche ou encore des membres de Génération.s, le mouvement de Benoît Hamon. Seule la France Insoumise n'a pas encore officiellement désigné de tête de liste.

Chez LREM, le psychodrame s'est joué entre le député Richard Lioger et l'ex-référente du parti, Béatrice Agamenonne, avec un temps, un troisième nom, celui de l'ancienne eurodéputée Nathalie Griesbeck. Finalement, c'est Richard Lioger qui a été désigné par LREM, et Béatrice Agamennone a décidé... de partir quand même, ce qui lui a valu l'exclusion de son parti.

Enfin à droite, le sénateur François Grosdidier, premier à se déclarer officiellement, a rapidement été défié par le jeune conseiller d'opposition Jérémy Aldrin, qui continue pour l'heure de discuter, y compris au centre, pour trouver des alliances. La candidate Françoise Grolet conduire la liste Rassemblement national - son nom à elle n'a pas fait débat au sein de sa famille politique. Notons aussi les candidatures sans étiquette d'Emmanuel Lebeau et de Christian Bemer. Déjà au moins dix candidats, donc, et ce n'est peut-être pas fini...

Rétrospective 2019 : la campagne des municipales à Metz

Le plan social de Neuhauser

185 autres salariés ont quitté le site de Neuhauser cette année - Radio France
185 autres salariés ont quitté le site de Neuhauser cette année © Radio France - Cécile Soulé

C'était le deuxième plan social de Neuhauser, la boulangerie industrielle, à Folschviller en deux ans. Après avoir supprimé 140 emplois en 2017, 185 autres salariés ont quitté le site de Moselle-est cette année. Une procédure lancée dans un contexte marqué par des difficultés économiques persistantes selon le groupe et qui vaudra à Furst 1 de fermer ses portes définitivement en août. Le combat entre syndicats et direction a été long et rude. Mais au total, une centaine des 450 employés acceptera de participer à la procédure de départ volontaire, mais 74 autres ont finalement reçu un courrier de licenciement à la fin de l'été.

Au final, 82 salariés ont été "sauvés" de Furst 1 et ont donc traversé la rue pour prendre leurs nouvelles fonctions à Furst 2. Un site qui représente 20% de la production de Neuhauser selon la direction. Cette dernière a également annoncé un investissement de 4 à 5 millions d'euros sur place dans les années à venir. Et aussi surprenant que cela puisse paraître, des recrutements seraient également envisagés, quelques mois après le départ des salariés. France Bleu Lorraine vous propose de vous replonger dans cette année de combat syndical qui a définitivement marqué le bassin de Folschviller.

Le choc a été violent pour les salariés de Neuhauser à Folschviller.

L'après-plan social pour les 368 employés restants.

Le malaise grandissant des maires

Nous sommes passés cette année en dessous du nombre de 35.000 mairies en France, dont 725 en Moselle. Autant d'élus qui affrontent les difficultés du quotidien, avec comme symbole dramatique la mort du maire de Signes, dans le Var, l'été dernier. Les maires se sentent pris en étau entre baisse des dotations de l'Etat et citoyens de plus en plus exigeants - même si le maire reste l'élu préféré des Français. "Il en faut, de la volonté, pour continuer. Il y en a plein, et des jeunes, qui décident d'arrêter", disait par exemple sur France Bleu Lorraine le maire de Rémering, Gilbert Hardt, 42 ans de mandat, le 9 octobre dernier.

Ce malaise peut mener jusqu'au tribunal. C'est ce qu'a connu le maire de Giraumont, une commune de 1.400 habitants près de Jarny. Au début de l'été 2019, Jean-Claude Mafféi était jugé pour s'être accroché avec un jeune de 24 ans le soir du 14 juillet 2018. Tous les deux ont été condamnés à 1.000 euros d'amende avec sursis. Jean-Claude Mafféi qui a fait appel et qui se représentera en mars prochain. 

Face à ce malaise, le président de la République n'a pas fait la même erreur que l'an dernier en boudant le Congrès des maires - au contraite, il est venu à la tribune et il a reçu 1.500 maires à l'Elysée. Et un projet de loi pour faciliter la vie des élus locaux a été votée il y a un mois par les députés : la loi engagement et proximité. Elle leur promet de nouveaux pouvoir de police, de nouveaux rôles aux communes, mais aussi une protection juridique, des formations et des indemnités améliorées.

Rétrospective 2019 : le malaise des maires

Le médecin-inspecteur de la police condamné pour agressions sexuelles

Dix adjoints de sécurité de l'école nationale de police de Reims  - huit femmes et deux hommes - ont porté plainte contre le docteur Frey pour des attouchements sur les seins, ou les testicules, sans rapport avec la visite médicale censée valider leur diplôme. Début février, le médecin-inspecteur de la police dans le Grand Est, basé à Metz, est suspendu de ses fonctions. 

Après son procès en mai à Reims, le docteur Frey a été condamné en juin à un an de prison avec sursis, interdiction d'exercer et inscription au fichier des auteurs d'infractions sexuelles. L'ex-médecin de la police a fait appel et le jugement sera rendu le 8 janvier. Un autre procès encore l'attend sans doute puisqu'une douzaine de nouvelles plaintes pour agressions sexuelles ont été déposées à Metz. 

2019, l'année où a éclaté l'affaire du Dr Frey, médecin-inspecteur de la police dans le Grand Est basé à Metz

Le final four de la ligue des champions pour les Dragonnes

En demi-finales les Dragonnes échouent face aux Russes de Rostov - AFP
En demi-finales les Dragonnes échouent face aux Russes de Rostov © AFP - Attila Kisbenedek

Les 11 et 12 mai dernier, Metz Handball accédait au Final Four de la ligue des champions : une grande première dans l'histoire du club et plus généralement dans l'histoire du handball féminin français. Les Dragonnes y parviennent en battant l'un de leurs meilleurs ennemis, Bucarest, en quarts de finale de la compétition. Mais, comme paralysées par l'enjeu, elles échouent face aux Russes de Rostov, 25 à 27, en demi-finales, à cause notamment d'une première mi-temps catastrophique.

Face aux Norvégiennes de Vipers, le match pour la troisième place est beaucoup plus équilibré, mais les Dragonnes s'inclineront 31 à 30. Déception pour Marion Maubon, l'ailière, qui aura ces mots : "on a joué trop propre, on avait mis les culottes en coton alors qu'il aurait fallu mettre les strings en cuir !" C'était une première pas franchement réussie, donc, mais qui permet, encore, au club mosellan de grandir.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu