Société

RÉTRO 2016 - L’accueil des migrants dans le département de l’Yonne

Par Isabelle Rose, France Bleu Auxerre mardi 27 décembre 2016 à 4:00

Les premiers migrants arrivés dans l'Yonne
Les premiers migrants arrivés dans l'Yonne © Radio France - Clara Guilliet

Conséquence du démantèlement de la jungle de Calais, le département, comme beaucoup d’autres, a été sollicité cette année pour accueillir des migrants. Dans l’Yonne, les premiers sont arrivés il y a un an, les derniers il y a à peine un mois.

Selon les instructions du ministre de l'intérieur, Bernard Cazeneuve, la région Bourgogne-Franche-Comté doit accueillir 750 migrants d'ici la fin de l'année. C'est la région qui en accueillera le moins en France, en raison de sa démographie, mais il faudra tout de même trouver 500 nouvelles places d'hébergement pour atteindre cet objectif. Des arrivées dans plusieurs villages de l'Yonne qui ont suscité des réactions très contrastées comme à Saint-Bris-le-Vineux où sont arrivés les premiers migrants il y a tout juste un an. Les habitants étaient plutôt réticents. Des migrants qui pour la plupart ont fui leur pays en guerre avant d'arriver à Calais puis dans l'Yonne.

→ A lire aussi : Yonne : vingt nouveaux migrants à Saint-Bris-le-Vineux

" C'est très bien. Dans la jungle s'est très difficile et il fait très froid". Un jeune irakien rencontré à Saint-Bris-le-Vineux

Très vite, la plupart de ceux accueillis à Saint-Bris-le-Vineux, Sens ou Appoigny quittent le département. Ils sont souvent mal informés sur les démarches administratives à effectuer.

Un manque d'information qui a touché aussi les populations. Comme à Villeblevin dans le nord de l'Yonne ou en octobre dernier une réunion houleuse s'est tenue en présence du préfet de l'Yonne. Une habitante de Villeblevin interpelle le préfet : "On a envie que vous entendiez nos inquiétudes et là vous nous apportez aucune réponse concrète". Réponse de Jean-Christophe Moraud, le préfet de l’Yonne : "Le retour d’expérience que l’on a notamment dans des petites villes et villages, il n’y a pas eu les problèmes que vous pouvez craindre".

A lire aussi : Villeblevin : les migrants prennent leurs marques

Cette transparence demandée par les habitants, le maire de Jaulges, près de Saint-Florentin, a tenté de la mettre en place lors de l'arrivée de 25 migrants dans l'ancien camp militaire. Si la plupart des migrants n'envisage pas pour l'instant de rester dans l'Yonne, d'autres en revanche ont su s'intégrer avec succès comme Georges, un syrien âgé de 37 ans, hébergé depuis un an dans le presbytère de Pont-sur-Yonne.

"Les gens peuvent aller sur le camp et seront reçus par la Croix Rouge. Il faut aller vers eux avec le cœur ouvert"

— Alain Lagarenne

→ A lire aussi : À Jaulges, le regard change peu à peu sur les migrants

"Je dois continuer les cours de français car la langue est la clé du travail. J’ai un baccalauréat en langue arabe et comme j’aime le français, je souhaite donner des cours d’arabe pour des européens"

Georges espère avoir enfin un logement à lui en 2017. 185 migrants sont toujours accueillis dans notre département répartis sur trois sites Villeblevin, Jaulges et Auxerre Centre-Yonne.

Retrouvez la rétro 2016 de France Bleu Auxerre