Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Réveillon du Nouvel An : "On n'arrivera pas à tout gérer", prévient un syndicat de police francilien

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Le porte-parole du syndicat Unité SGP Police en Île-de-France estime que les forces de l'ordre ne pourront pas être présentes partout pour veilleur au respect du couvre-feu le soir de la Saint-Sylvestre, alors qu'elles devront gérer, "comme d'habitude", les problèmes de violences urbaines.

Près de 100.000 forces de l'ordre seront mobilisées le 31 décembre au soir.
Près de 100.000 forces de l'ordre seront mobilisées le 31 décembre au soir. © Maxppp - Maxime Jegat

Dans une note envoyée aux préfets, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin demande aux forces de l'ordre de lutter en "priorité" contre les rassemblements non-autorisés et les violences urbaines pour le réveillon du Nouvel An. Il réclame aussi que les contrôles soient "visibles" dés l'entrée en vigueur du couvre-feu à 20h. Près de 100.000 policiers et gendarmes seront mobilisés. Le mot d'ordre est clair : verbalisation et identification des organisateurs de grosses soirées, pour pouvoir les poursuivre en justice. 

Le message a été bien entendu par Rocco Contento, porte-parole du syndicat Unité SGP Police en Île-de-France. "Ce que nous demandons aux gens, c'est de respecter le couvre-feu, parce les consignes de tolérance zéro sont données et ils s'exposent à 135 euros d'amende, explique-t-il sur France Bleu Paris, ce mercredi 30 décembre. Il n'y aura pas d'indulgence." 

Comment savoir si les gens font une java dans leur appartement ? Qu'ils sont beaucoup plus que six ? On ne peut pas rentrer chez les gens.

Mais le gouvernement a-t-il les moyens de toutes ses ambitions ? Pour le syndicaliste, les forces de l'ordre ne pourront pas être sur tous les fronts. "Nous serons aussi mobilisés pour lutter contre le phénomène des violences urbaines parce que ça devient une tradition, malheureusement. On a eu 1.500 voitures brûlées l'an dernier, la nuit de la Saint-Sylvestre. Et inévitablement, nous en aurons cette année, parce que vous avez des personnes, dans certaines zones sensibles, qui sont complètement réfractaires au couvre-feu", explique Rocco Contento. 

Entre les contrôles liés au couvre-feu, les déplacements pour verbaliser les organisateurs de grosses soirées chez eux et les problèmes de violences, "on n'arrivera pas à tout gérer", poursuit-il. C'est surtout les soirées qui vont poser problème. 

"Les gens ont, entre guillemets, le droit de faire la fête le 31 décembre. On aura d'autres chats à fouetter. Et puis, comment savoir si les gens font une java dans leur appartement ? Qu'ils sont beaucoup plus que six ? On ne peut pas rentrer chez les gens. On ne le saura que s'il y a de la délation si des gens appellent le commissariat pour signaler que leurs voisins font la fête à plus de 20 personnes. Le cas échéant, la police pourrait intervenir. Mais bon, on sera plus mobilisé sur la voie publique", conclut le porte-parole du syndicat Unité SGP Police en Île-de-France.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess