Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Risque incendie : les patrouilleurs de Montesquieu veillent

dimanche 24 juillet 2016 à 17:05 Par Marie Rouarch, France Bleu Roussillon

Ils surveillent le territoire de Montesquieu-des-Albères (Pyrénées-Orientales) depuis trente ans ! Les bénévoles ducomité communal des feux de forêt sont les yeux des pompiers : ils traquent les fumées suspectes et sensibilisent les randonneurs au risque incendie.

Les patrouilleurs parcourent une vingtaine de kilomètres en 4*4 sur la commune de Montesquieu
Les patrouilleurs parcourent une vingtaine de kilomètres en 4*4 sur la commune de Montesquieu © Radio France - Marie Rouarch

Montesquieu-des-Albères, France

Sécheresse, chaleur, tramontane à 70 km/h... c'est le "cocktail" de ce week-end. Un cocktail que redoutent les pompiers tant un incendie qui se déclarerait dans ces conditions pourrait faire de gros dégâts.

La vigilance est donc de mise. Et dans cette mission, ils sont secondés par des bénévoles qui veillent sur des portions de territoire. Ceux de la toute nouvelle réserve intercommunale de sécurité civile Côte Vermeille, par exemple. Ou ceux du comité communal des feux de forêt (CCFF) de Montesquieu-des-Albères.

Un CCFF né en 2006, pour sa structure actuelle, mais en réalité, voilà trente ans que des habitants bénévoles veillent sur leur commune ! Actuellement, ils sont 43, hommes et femmes, tous habitants de Montesquieu, inscrits à ce comité. Quarante-trois personnes qui participent régulièrement à des patrouilles, une vingtaine de kilomètres des berges du Tech au massif à la sortie du village, pour détecter les fumées suspectes et sensibiliser les promeneurs au danger.

Le seul CCFF des Pyrénées-Orientales

Ce samedi, Jean-Pierre Mias et Jean-Claude Schneider ont pris place à bord du 4x4 du CCFF, un véhicule entretenu par la mairie de Montesquieu. Des "amoureux des Albères" qui donnent un peu de leur temps pour préserver l'environnement, le cadre de vie des habitants de Montesquieu.

La patrouille débute par les berges du Tech, où les bénévoles croisent parfois des familles en plein barbecue. "Les gens pensent que parce qu'ils sont au bord d'une rivière, ils peuvent allumer du feu, explique Jean-Claude Schneider. Une erreur monumentale parce qu'un coup de vent, des braises et puis hop, c'est parti ! Surtout que c'est très sec ici, en bas..."

"Les pompiers ne peuvent pas être partout. Nous sommes leurs yeux sur le terrain." - Alain Guittard, président du CCFF de Montesquieu-des-Albères

Le 4x4 prend ensuite de l'altitude. Dans l'habitacle, la radio crachote. Les patrouilleurs sont en liaison directe avec les pompiers du département. Jean-Pierre et Jean-Claude vont se poster au-dessus du village. "On s'arrête très longuement sur les postes d'observation, où on scrute tous les deux, on a des jumelles assez puissantes" et en cas de fumée suspecte, c'est par radio qu'ils préviennent les pompiers.

Jean-Pierre Mias et Jean-Claude Schneider scrutent l'horizon depuis leur poste d'observation - Radio France
Jean-Pierre Mias et Jean-Claude Schneider scrutent l'horizon depuis leur poste d'observation © Radio France - Marie Rouarch

Car les patrouilleurs ne sont en aucun cas des soldats du feu. Ils sont les "yeux" des pompiers sur le terrain et leur signalent d'éventuels départs de feu. Ils les guident aussi, en cas de besoin, grâce à leur connaissance du territoire : lieux-dits, conditions d'accès, etc.

Les patrouilleurs viennent seconder les pompiers pour la prévention et la détection des départs de feu

Pour un maximum de précision, ils disposent d'une carte détaillée de la commune et communiquent aux pompiers les coordonnées précises des lieux où ils observent un problème.

Les patrouilleurs disposent d'une carte détaillée pour informer au mieux les pompiers sur leur localisation - Radio France
Les patrouilleurs disposent d'une carte détaillée pour informer au mieux les pompiers sur leur localisation © Radio France - Marie Rouarch

Sensibiliser les randonneurs à la sécurité dans le massif

Ces patrouilles sont quotidiennes, chaque après-midi, de juin à septembre. Toujours deux par deux, les bénévoles parcourent 20 à 28 kilomètres sur la commune.

Et à chaque occasion, ils accomplissent leur seconde mission : la prévention. Comme auprès de ces deux randonneuses croisées sur les pistes, dans le massif. "Aujourd'hui, le risque est élevé, la journée est classée orange, leur explique Alain Guittard, le président du CCFF de Montesquieu, vous ne devriez pas vous trouver là, l'accès au massif est interdit, en théorie". Pas de sanction évidemment, le comité n'est pas là pour ça. Les deux jeunes femmes poursuivent leur chemin. Elles ignoraient tout de cette classification du risque incendie dans les massifs.

Et la mission des patrouilleurs va bien au-delà car sur la commune de Montesquieu-des-Albères, le danger ne vient évidemment pas que des incendies : "

Combien de fois avons-nous croisé dans randonneurs mal ou pas équipés du tout ? Des couples avec des enfants, quasiment en tongs et sans une goutte d'eau."  - Jean-Pierre Mias

Pas de départ de feu cette saison

L'an dernier, les bénévoles du CCFF ont donné 560 heures de leur temps en patrouille, plus le temps consacré aux formations (premiers secours, par exemple), et parcouru 2.400 kilomètres sur le territoire communal. Une présence rassurante, voire dissuasive : Montesquieu n'a été frappé par aucun incendie grave ces dernières années.

Reportage avec les patrouilleurs du CCFF de Montesquieu-des-Albères