Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Rivesaltes devrait accueillir la deuxième prison des Pyrénées-Orientales

-
Par , France Bleu Roussillon

L’agglomération de Perpignan a fait son choix : elle souhaite que le nouveau centre pénitentiaire soit construit près du péage-Nord. C’est désormais à l’Etat de trancher.

La nouvelle prison devrait voir le jour dans le secteur du mas de la Guarrigue, à Rivesaltes
La nouvelle prison devrait voir le jour dans le secteur du mas de la Guarrigue, à Rivesaltes © Radio France - François DAVID

Rivesaltes, France

Où construire le nouveau centre pénitentiaire de 500 places promis par le gouvernement ? Après avoir étudié différents sites, la Communauté Urbaine Perpignan-Méditerranée Métropole (PMM) a fait son choix : elle propose à l’État de lui mettre à disposition un grand terrain sur la commune de Rivesaltes, au lieu-dit « Mas de la Garrigue » (au nord du grand rond-point du cadran solaire). 

Cet immense terrain en friche est coincé entre l'autoroute A9 et la D900. Il présente l’avantage d’être à l’écart de toute habitation. Aucun risque d'être confronté à une levée de bouclier de la part d'habitants mécontents... 

Autre atout : le site est déjà partiellement aménagé, les voies d'accès et les réseaux sont installés. Et pour cause : c'est dans ce secteur que le géant suédois Ikéa envisageait de s'implanter il y a quelques années, avant de faire machine arrière.  

Le site présente aussi l'avantage d'être très accessible, à deux pas de la sortie d'autoroute et de l'aéroport, à 15 minutes du palais de justice. Et à proximité immédiate de plusieurs hôtels susceptibles d'accueillir les familles de détenus... 

Les services de l'Etat et du Ministère de la justice se sont déplacés sur les lieux il y a quelques jours. Et ils auraient été séduits, si l'on en croit le président de l'agglomération de Perpignan Jean-Marc Pujol dans son blog.  L'état se laisse maintenant quelques mois de réflexion, et devrait donner sa réponse au mois de mai prochain. 

S'il voit le jour, ce projet permettrait la création de 200 emplois directs, et entre 100 et 200 emplois induits (services médicaux, restauration, etc).

Choix de la station

France Bleu