Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Le plus de l'info de France Bleu Belfort Montbéliard

Ronchamp : une association offre une nouvelle vie aux animaux maltraités

lundi 10 septembre 2018 à 18:08 Par Nicolas Wilhelm, France Bleu Belfort-Montbéliard

La maltraitance animale est un véritable fléau. Les associations de défense sont mobilisées. Une habitante de Ronchamp se lance à son tour dans le combat.

 Dans son refuge de Ronchamp, Christelle Seguin héberge actuellement cinq bêtes : quatre poneys, un âne et une jument.
Dans son refuge de Ronchamp, Christelle Seguin héberge actuellement cinq bêtes : quatre poneys, un âne et une jument. © Radio France - Nicolas Wilhelm

Ronchamp, France

" J'ai un amour profond pour les animaux". Christelle Seguin a poussé sa passion jusqu'à créer une association qui vient en aide aux équidés maltraités. Cette habitante de Ronchamp vient de créer" les crins de l'espérance". Elle récupère des animaux à l'abandon, les soignent et essayent de leur trouver une nouvelle famille d'accueil. Elles travaillent avec des spécialistes qui assurent les soins car les animaux qu'elles récupèrent sont parfois dans de piteux états. " Ce sont des cadavres sur pattes. On a vu dans des pâtures des chevaux ni nourris, ni abreuvés. Des poneys qui ont des babouches car les propriétaires ne font rien pour parer leur bêtes. On se retrouve avec des bêtes qui ont des sabots beaucoup trop long. Ce qui peut avoir des conséquences dramatiques" confie la responsable de l'association.

De la malveillance volontaire ou involontaire

Ces situations sont liées à la malveillance de certains propriétaires. " On prend des poneys pour les enfants. Et on se rend compte que cela représente un budget. On met l'animal dans une pâture et on le laisse à l'abandon" ajoute Christelle Seguin. Elle a déjà  placé cinq animaux dans des familles d'accueil depuis la création de son association avant l'été. Elle héberge actuellement quatre ânes, un poney et une jument. Elle recherche également un terrain et des bénévoles.

Le problème de la stérilisation chez les chats

Il n'y a pas réellement de statistiques pour dire si cette violence contre les animaux est un phénomène qui s'amplifie ou pas. " Je pense que ça augmente notamment chez les félins. Il faut absolument qu'on développe et qu'on généralise la stérilisation pour limiter les effectifs dans les villes et les campagnes. Leur prolifération fait que les gens ne les supportent plus ce qui entraîne de la maltraitance" explique Michel Mouhat, le président de la SPA du Territoire de Belfort. Les chiens n'échappent pas non plus à la maltraitance. " Certains manquent d'eau, sont insuffisamment promenés, ne connaissent que des laisses trop courtes et des box exigus" poursuit Michel Mouhat. La SPA du Territoire accueille chaque année 300 chiens et chats dans son refuge de la porte du Vallon à Belfort.

De l'intervention à la sanction pénale

La législation française prévoit plusieurs sanctions en cas de mauvais traitements et cruauté envers les animaux, allant de la simple amende jusqu'à une peine de prison de 2 ans. " C'est très compliqué d'intervenir dans des cas de maltraitance animale. Les autorités agissent souvent sur dénonciations, des témoignages de voisins par exemple" ajoute Michel Mouhat. Les services vétérinaires, associations de protection des animaux se déplacent au domicile des propriétaires concernés. Parfois, une simple discussion suffit. Certains acceptent de confier l'animal à la SPA par exemple. Sinon, les forces de l'ordre, gendarmes, policiers, interviennent pour saisir un chien, un chat ou encore un troupeau entier de bovins.

Un an de prison avec sursis pour un agriculteur haut saônois

Fin août, un agriculteur haut saônois a été condamné pour "abandon volontaire de son bétail" à un an de prison avec sursis et interdiction de détenir des troupeaux pendant dix ans. Ses vaches insuffisamment nourries avaient été abandonné dans des conditions sanitaires catastrophiques. Certaines d'ailleurs n'avaient pas survécu.