Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Coronavirus : reconfinement en France à partir de vendredi, jusqu'au 1er décembre

Rosmerta, le collectif avignonnais d'aide aux migrants, reçu par le préfet

-
Par , France Bleu Vaucluse

À Avignon, depuis un mois, le collectif Rosmerta occupe un bâtiment du centre ville et y a installé un centre d'accueil alternatif pour les migrants mal pris en charge par les services de l'État. La préfecture a organisé une réunion de travail.

Chez Rosmerta
Chez Rosmerta © Radio France - Jean-pierre Burlet

Cette "occupation citoyenne" d'un local appartenant au diocèse est un squat et la nécessité d'ouvrir un tel lieu n’apparaît pas comme évidente aux yeux des autorités. À la demande de la mairie, une réunion a été organisée par la préfecture mardi soir. Les autres acteurs de l'hébergement d'urgence étaient présents. Les services préfectoraux ont affirmé qu'il y avait de la place pour tout le monde dans les structures déjà existantes.

Rosmerta, c'est le nom de la déesse celte de l'hospitalité. La priorité de Rosmerta c'est que personne ne soit "à la rue" et surtout pas les mineurs isolés et les familles. Si c'est réellement le cas, le collectif d'associations est prêt à quitter les lieux. Camille est porte-parole de Rosmerta.

Camille porte-parole de Rosmerta, collectif avignonnais d'aide aux migrants

Le conseil départemental qui est en charge de l'Aide Sociale à l'Enfance n'était pas présent à la réunion en préfecture mais vient de fixer un rendez-vous le 30 janvier.

Une régularisation de la situation ?

Pour ce qui est des locaux Rosmerta a obtenu un sursis et un contrat devrait être signé avec le diocèse mais pour une occupation limitée à la période hivernale.

Si la priorité n°1 du collectif c'est que chacun puisse être accueilli comme le prévoit la loi, la priorité n°2 c'est d'animer toute l'année un lieu alternatif comme celui qui est en train d'être créée rue Pasteur. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess