Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Rosmerta veut devenir propriétaire du bâtiment qu'il occupe pour accueillir des migrants

-
Par , France Bleu Vaucluse

Du nouveau chez Rosmerta, le collectif qui occupe un bâtiment du diocèse à Avignon pour héberger une quarantaine de migrants. Il veut désormais devenir propriétaire des lieux.

Une partie du collectif Rosmerta et des résidents mineurs isolés
Une partie du collectif Rosmerta et des résidents mineurs isolés © Radio France - Marie-Audrey Lavaud

Avignon, France

Les membres de Rosmerta ont eu une idée pour sortir de l'impasse. Depuis le mois de décembre, le collectif occupe un bâtiment du diocèse pour accueillir une quarantaine de migrants, dans le centre-ville d'Avignon. Après sept mois d'occupation des lieux, le dialogue est toujours rompu avec l'archevêque, qui veut les expulser. 

Trois solutions pour devenir propriétaire 

Le collectif propose donc une nouvelle solution : devenir propriétaire des lieux. Selon eux, cela réglerait le problème, puisque les autorités catholiques veulent vendre le bâtiment, estimé à 800.000 euros par le diocèse. Ses bénévoles proposent pour cela trois solutions. D'abord, ils ont constitué un dossier auprès de la Fondation Abbé Pierre, qui peut se porter acquéreur via un fonds baptisé Solifap. Ensuite, ils pourraient aussi se constituer en SCI, société civile immobilière. Enfin, ils envisagent de lancer une souscription auprès des bénévoles et de tous leurs soutiens. 

Rosmerta aimerait d'abord rencontrer Jean-Pierre Cattenoz, l'archevêque, pour savoir s'il accepterait de leur vendre l'immeuble. Ils n'ont pas encore reçu de réponse de sa part. En parallèle, une procédure judiciaire est toujours en cours. La justice a été saisie en référé pour faire expulser le collectif. L'audience a été renvoyée au 2 septembre.