Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rosselange : 300 personnes rassemblées pour dire non à la haine raciale

-
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

300 personnes se sont réunies samedi devant la mairie de Rosselange en soutien à Xavier et Rose-Marie, un couple ayant reçu une lettre d'injures qui met en cause leur engagement humanitaire en faveur des migrants. Le collectif de soutien réclame des sanctions contre l'auteur du courrier.

Xavier Phan Dinh et son épouse Rose-Marie ont reçu le 19 mars dernier un courrier d'insultes et de menaces faisant allusion à leurs origines et à leurs actions humanitaires en faveur de migrants.
Xavier Phan Dinh et son épouse Rose-Marie ont reçu le 19 mars dernier un courrier d'insultes et de menaces faisant allusion à leurs origines et à leurs actions humanitaires en faveur de migrants. © Radio France - Natacha Kadur

300 personnes se sont réunies samedi devant la mairie de Rosselange pour manifester leur soutien envers Xavier et Rose-Marie, un couple de militants visés par une lettre d'injures et de menaces qui met en cause leur engagement caritatif auprès de migrants. Les associations et élus rassemblés étaient venus dénoncer l’expression de cette haine raciale et réclamer des sanctions.

Le rassemblement était organisé par un collectif de soutien comptant plusieurs organisations syndicales et militantes, dont la CGT, le PCF, la FSU, la MRAP, La France Insoumise, entre autres.
Le rassemblement était organisé par un collectif de soutien comptant plusieurs organisations syndicales et militantes, dont la CGT, le PCF, la FSU, la MRAP, La France Insoumise, entre autres. © Radio France - Natacha Kadur

Injures et menaces de morts

Pour Xavier, la réception de ce courrier n'est pas le fruit du hasard. Il a été adressé à son domicile le 19 mars dernier, à la veille d'un rassemblement de soutien en faveur d'une famille étrangère menacée d'expulsion qui avait lieu dans la commune. Xavier et son épouse avaient distribué des tracts dans les boîtes aux lettres pour appeler à la mobilisation lors de cet événement.

La prochaine fois que tu nous mets des tracts en faveur des migrants dans nos boîtes aux lettres, on vous fait la peau - extrait de la lettre lue par Xavier 

Le militant a souhaité lire des extraits de ce courrier devant le public rassemblé. Les morceaux choisis font directement allusion à leur travail aux côtés de personnes étrangères : « La prochaine fois que tu nous mets des tracts en faveur des migrants dans nos boîtes aux lettres, on vous fait la peau » a-t-il lu ou encore « Pourquoi est-ce vous n'aidez pas plutôt les étudiants français ? » D'autres propos à caractère injurieux ont été rapportés, évoquant également les origines étrangères du couple

Des rosselangeois étaient venus témoigner de leur affection envers le couple
Des rosselangeois étaient venus témoigner de leur affection envers le couple © Radio France - Natacha Kadur

Dans les rangs des personnes rassemblées, la lecture de ce texte fait froid dans le dos à Joëlle, venue de Montigny-lès-Metz : « J'ai trouvé ça absolument horrible. On vit une période difficile, mais repartir en arrière comme ça, parce que pour moi c'est des propos qu'on pouvait entendre sous le régime nazi, j'ose le dire clairement », s'émeut celle qui avoue avoir elle-même souffert de racisme dans sa jeunesse, en raison de ses origines pieds-noirs. 

Plusieurs élus du territoire étaient venus afficher leur soutien.[ Ici Vincent Matelic, le maire de Rosselange ]
Plusieurs élus du territoire étaient venus afficher leur soutien.[ Ici Vincent Matelic, le maire de Rosselange ] © Radio France - Natacha Kadur

Demande de sanctions 

Les participants ont acquiescé aux différentes prises de paroles qui dénonçaient une forme de banalisation des discours de haine. Le collectif de soutien réclame qu'une enquête permette d'identifier l'auteur de cette lettre manuscrite, et qu'il soit sanctionné. Le couple a déposé une plainte après la réception de ce courrier. 

Le délit d'injure est passible d'une amende de 1500 euros. Les sanctions peuvent aller jusqu'à 45.000 euros d'amende et jusqu'à trois ans d'emprisonnement s'il s'agit d'une menace de mort.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess