Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rouen va accueillir un des premiers centres de prise en charge d'auteurs de violences conjugales

Un des premiers centres de prise en charge des auteurs de violences conjugales va ouvrir à Rouen (Seine-Maritime). L'objectif de ce dispositif est de permettre un accompagnement global pour éviter la récidive. Explications.

Jusqu'à présent la priorité avait été la prise en charge des victimes de violences. L'idée est de maintenant s'occuper des auteurs pour éviter la récidive
Jusqu'à présent la priorité avait été la prise en charge des victimes de violences. L'idée est de maintenant s'occuper des auteurs pour éviter la récidive © Maxppp - Stéphanie Para

Un dispositif de plus pour la lutte contre les violences conjugales va voir le jour d'ici le début de l'année prochaine à Rouen (Seine-Maritime) : un centre de prise en charge des auteurs de violences conjugales.

Il y en aura d'abord 16 dans toute la France puis une trentaine d'ici mi-2021 afin de couvrir l'ensemble du territoire. 

Ces centres doivent en effet apporter une réponse territoriale. Le centre de Rouen a vocation à rayonner sur l'ensemble de la Seine-Maritime et de l'Eure. Celui qui ouvrira l'an prochain à Caen rayonnera sur le Calvados, l'Orne et la Manche.

Un protocole global

Ce centre ne sera pas un centre en tant que tel où les auteurs de violences se rendront. Même s'il y aura "un lieu physique" il s'agit en réalité d'une coordination d'associations, un "consortium d'associations partenaires" explique Hugues Demoulin, le directeur régional aux droits des femmes et à l'égalité entre les femmes et les hommes "qui vont établir un protocole d'accompagnement qui sera le même sur l'ensemble du territoire" de la Seine-Maritime et de l'Eure.

L'idée c'est de pouvoir proposer un accompagnement au plus près des auteurs. "Si un auteur habite au Havre, on ne va pas lui proposer d'aller dans un centre à Rouen. Il n'ira pas" souligne Hugues Demoulin.

Il y a donc une demi-douzaine d'associations partenaires : Emergence à Rouen, Nautilia au Havre, l'Armée du Salut du Havre, l'Oeuvre normande des mères à Dieppe, l'Abri à Evreux et Azaé à Elbeuf qui vont, sous la houlette de la Fédération des acteurs de la solidarité, créer ensemble un protocole commun pour cette prise en charge des auteurs de violences.

Accompagner pour éviter la récidive

Il s'agira d'un accompagnement psychologique, social, professionnel. L’objectif premier de cette prise en charge de faire prendre conscience de la situation pour éviter la récidive. Et pour éviter cette récidive, la réponse judiciaire ne suffit pas.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess