Société

Rouez : 9 ans après le legs de 38 millions d'euros, le foyer sort enfin de terre

Par Marie Mutricy, France Bleu Maine mercredi 26 octobre 2016 à 19:19

Le foyer pour personnes âgées sera opérationnel début 2018
Le foyer pour personnes âgées sera opérationnel début 2018 © Radio France - Thomas Larabi

Serge Le Grou, exploitant agricole, a légué la totalité de son patrimoine foncier et immobilier à Rouez, en 2007. Un patrimoine d'une valeur de 38 millions d’euros, destiné à financer un foyer pour personnes âgées. Neuf ans plus tard, Rouez est en passe de réaliser ses dernières volontés.

12 logements, une salle d’animation et un restaurant collectif - qui fera également office de cantine pour l’école primaire – sont en train de sortir de terre, rue Andrée Le Grou, à Rouez-en-Champagne. Le lieu de vie réservé aux personnes âgées nécessiteuses, dans une région où beaucoup manquent de moyens pour intégrer une maison de retraite devrait être finalisé en 2018 si les travaux avancent bien. Cela permettra surtout aux aînés de Rouez et des communes alentour d'éviter le déracinement parfois provoqué par un départ en institut médicalisé. C'était LA condition pour que Serge Le Grou, agriculteur très aisé lègue tous ses biens à Rouez-en-Champagne à sa mort. Rien de moins qu'un patrimoine de 38 millions d'euros.

Le maire de Rouez, Paul Melot retrace ce projet qui a mis 9 ans à sortir de terre.

Un long purgatoire

Les habitants commençaient à trouver le temps long. Mais le maire Paul Melot, qui suit l'histoire depuis son premier mandat, en 1995 a décidé d'être prudent. Ainsi, le patrimoine constitué d'immeubles parisiens, d'un haras à Rouez, des terres agricoles et forestières n'a jamais été morcelé et vendu. Les droits de succession faramineux, de l'ordre de 7 millions d'euros ont été réglés grâce à un emprunt de 4 millions d'euros. Une montagne pour cette petite commune de 800 habitants, encore marquée par la fermeture de la laiterie Faussurier en 1987, qui avait laissé plus de 100 salariés sur le carreau. Une dette aujourd'hui épongée ce qui permet d'envisager sereinement d'autres projets de construction, puisque le riche bienfaiteur de la commune souhaitait au total que 50 logements sortent de terre.

LIRE AUSSI | Rouez-en-Champagne fait fructifier son trésor !

Un objectif de 50 logements

Paul Melot, maire de la commune depuis 1995, est aujourd'hui soulagé d’avoir vu posée la première pierre : "On va enfin pouvoir parler du concret. Ça va être magnifique". La ville prévoit d'ouvrir à terme les 50 logements voulus par le millionnaire défunt. Qui n'aura pas volé ses fleurs à la Toussaint.

Partager sur :