Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rugby féminin : il n'y aura pas d'entraînement à Guéret cette année

-
Par , France Bleu Creuse

Les joueuses du RCGC sont en colère : cette année, le club a décidé de ne pas organiser d'entrainement à Guéret. Il estime qu'elles ne sont pas assez nombreuses. Il leur propose donc d'aller s’entraîner à Aubusson, en leur fournissant un mini-bus. Mais les joueuses se sentent mises à la porte.

Les filles du RCGC traversent une mauvaise passe. (image d'illustration)
Les filles du RCGC traversent une mauvaise passe. (image d'illustration) © Maxppp - Thierry Larret

Les joueuses de rugby du RCGC n'auront pas de créneau pour s’entraîner entre filles, à Guéret, cette année. Elles n'auront pas de coach non plus. Le club estime qu'elles ne sont pas assez nombreuses. L'an dernier, les femmes seniors étaient une dizaine, licenciées à Guéret. Cette année, l'effectif a encore diminué. Le RCGC leur propose donc d'aller s’entraîner à Aubusson. 

Le sentiment que le RCGC ne soutient pas le rugby féminin

Depuis un an, les joueuses de Guéret, d'Aubusson et de la Souterraine sont en effet étroitement liées. Elles ont monté une équipe commune pour participer au championnat. Mais jusqu'à présent, elles continuaient à s’entraîner chacune dans leurs clubs. 

Aujourd'hui, les Guérétoises comme Océane ont un peu l'impression que le RCGC met le rugby féminin dehors:  "Jusqu'à présent, même si on formait un rassemblement avec Aubusson, les deux clubs avaient tenus à ce qu'on garde nos licenciés dans nos clubs. Et nous, nous tenions à jouer dans notre ville à Guéret". 

Six ans après la création de l'équipe féminine à Guéret, les joueuses ont le sentiment de ne pas être soutenues par le club : "Nous sommes assommées par la décision. C'est de la tristesse, un peu d'énervement. On se démène et au final ça tombe à l'eau", regrette Océane.

Un minibus pour aller jouer tous les jeudis à Aubusson

Pour cette année, le RCGC a proposé de prêter un minibus aux joueuses Guérétoises, pour qu'elles puissent aller s’entraîner avec les joueuses d'Aubusson, qui sont 9 et ont des coachs. Le club propose aussi d'accueillir les joueuses pendant les entraînements de "rugby touché", qui se déroulent à Guéret

Cependant aucune de ces solutions ne semble satisfaisante. "Aubusson, c'est trois-quarts d'heure de route, c'est trop loin pour des personnes qui travaillent", regrette Océanne. Quant au rugby touché, qui est un rugby sans placage, les joueuses craignent d'avoir un entrainement incomplet

Le RCGC assure qu'il est du côté du rugby féminin. 

Le RCGC se défend :"Il n'est pas question de fermer la section féminine", assure le président Jean-Claude Tanty.  Nicolas Puydebois, le coordinateur du club précise les ambitions du club : "Le but c'est de mettre cette section en sommeil, de proposer aux filles de venir au rugby touché, pour qu'elles puissent continuer à pratiquer. Éventuellement faire venir d'autres filles, recréer une dynamique et pourquoi pas relancer une équipe en compétition, dès l'année prochaine". 

En tout cas cette année, les femmes disent adieu au championnat, avec ce début de saison compliqué, elles ne sont pas assez nombreuses, même en cumulant les équipes de Guéret, d'Aubusson et de la Souterraine.

De leur côté, les joueuses d'Aubusson promettent d'accueillir toutes les Creusoises volontaires : les seniors comme les cadettes . Elles s’entraînent tous les jeudis de 19h30 à 21h.  Si vous souhaitez rejoindre l'équipe des femmes seniors à Aubusson, vous pouvez contacter Adèle au 06 69 38 03 32.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess