Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Courses sauvages à Perpignan : la police nationale durcit les contrôles

Par

Les "rodéos" se multiplient à Perpignan depuis mi-juin. Les participants font grimper le compteur de leur voiture ou de leur moto jusqu'à 160 km/h. En pleine ville, avenue d'Espagne, près du parking du Décathlon. Un phénomène dangereux que la police nationale tente d'enrayer.

Depuis mi-juin, les courses sauvages se multiplient à Perpignan. Depuis mi-juin, les courses sauvages se multiplient à Perpignan.
Depuis mi-juin, les courses sauvages se multiplient à Perpignan. © Radio France - Marie-Hélène Hérouart

"C'est de l'essence qui coule dans mes veines." Biggui, 30 ans, participe à des courses sauvages depuis l'adolescence. "J'aime tout [dans le run, ndlr]. Les moteurs, la mécanique, l'odeur. Je suis piqué à l'adrénaline." Son rêve ? Faire grimper le compteur de son Audi jusqu'à 300 kilomètres/heure. Il l'a un peu trafiquée. Autrement dit, "elle a un peu plus de chevaux sous le capot qu'à l'origine."

Publicité
Logo France Bleu

Il n'est pas le seul passionné à assister régulièrement à ces rassemblements. Ils sont souvent organisés le vendredi soir, sur le parking privé du Décathlon de Perpignan. Julien possède une voiture rouge et rutilante : la dernière Tesla, version électrique. Valeur du bijou : 78 000 € selon son propriétaire. C'est "la sensation de conduite", qui attire le jeune chef d'entreprise dans ces événements illégaux.

Une passion dangereuse et illégale

Problème : participer ou assister à ces rodéos urbains est interdit par la loi. Depuis la fin du confinement, la police nationale multiplie les interventions pour enrayer le phénomène. "L'objectif est de créer un impact psychologique prompt à faire cesser ces regroupements illicites et dangereux", explique Johanny Dubreux, un brigadier-chef. "Le bruit des crissements de pneus et des accélérations gênent vraiment tout le quartier", poursuit-il.

Vendredi 3 juillet, la police nationale est donc intervenue accompagnée de renforts CRS, avenue d'Espagne à Perpignan. Bilan : 80 véhicules ont été contrôlés, dont l'un conduit par une personne sans permis.  Plusieurs contraventions ont été dressées. Mais les forces de l'ordre ont surtout misé sur la pédagogie. L'objectif était double : dissuader et faire comprendre aux jeunes présents le danger de ces courses. 

Ils demandent une piste de course au maire 

Certains participants, comme Nico, sont conscients de ce danger. Mais, le père de famille, n'est pas prêt à abandonner sa passion. Il lance donc un appel au maire de Perpignan, Louis Aliot, qu'il souhaite rencontrer. Sa requête : la création d'une piste de run à Perpignan afin que "les jeunes puissent vivre de leur passion et s'amuser tout en étant corrects". 

Pour rappel, participer ou assister à une course sauvage est un délit. Les peines encourues peuvent aller jusqu'à cinq ans de prison et 75.000 euros d'amende. 

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu