Société

Rythmes scolaires : du changement à Saint-Étienne à la rentrée

Par Mathilde Montagnon, France Bleu Saint-Étienne Loire mardi 7 avril 2015 à 17:39

Samy Kéfi-Jérome, adjoint au maire de Saint-Étienne en charge de l'éducation
Samy Kéfi-Jérome, adjoint au maire de Saint-Étienne en charge de l'éducation © Radio France - Mathilde Montagnon

Cette année scolaire 2014-2015 était une année de transition, avec deux systèmes qui coexistaient à Saint-Étienne. A partir de la rentrée prochaine, les 98 écoles stéphanoises et leurs 12 000 élèves seront logés à la même enseigne.

Cette année, deux systèmes différents coexistaient à Saint-Étienne : dans 73 écoles, les cours s'arrêtaient à 15h45, ensuite, les enfants suivaient des ateliers éducatifs jusqu'à 16h45. Dans les 15 autres écoles, l'école se terminait à 16h30 trois jour par semaine ; les ateliers étaient regroupés sur une seule après-midi, trois heures d'un coup, de 13h30 à 16h30.

En septembre prochain, il n'y aura plus qu'une seule formule, la même pour tous : la classe se terminera à 15h45 tous les jours. Trois fois par semaine, la Ville proposera une heure d'étude (de 15h45 à 16h45). Et une fois par semaine 1h45 d'ateliers éducatifs.

Reformes Rythmes scolaires BOB

La mairie cherche à faire la synthèse des deux systèmes testés cette année. Elle va donc généraliser la fin des cours à 15h45, pour que les journées de classe des enfants soient plus courtes. Mais proposer, une fois par semaine, ce qu'elle appelle "un temps long d'activité" : les enfants seront pris en charge pendant 1h 45 par les centres sociaux ou les amicales laïques du quartier. 1h45, cela permet d'aller au musée, à la bibliothèque ou d'explorer en profondeur une activité artistique sportive ou citoyenne. Ce qui était pratiquement impossible sur une heure.

Et puis, les strutures de quartier vont pouvoir organiser une rotation des ateliers entre les écoles de leur secteur : le lundi pour l'une, le mardi pour l'autre etc..... ce qui permettra d'avoir moins d'intervenants, mais avec pour chacun un temps de travail plus important. En clair, l'objectif c'est aussi d'attirer et de fidéliser des spécialistes pour proposer un contenu de meilleure qualité.

Ce dispositif ne concerne que les écoles publiques. Le privé n'a pas souhaité s'y associer. Il doit encore être validé par l'Éducation nationale à la fin du mois. Et sera ensuite présenté en Conseil municipal en mai. A noter que l'enveloppe consacrée aux rythmes scolaires par la Ville de Saint-Etienne, 2.4 millions d'euros, reste inchangée pour l'année prochaine.