Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rythmes scolaires : les aides aux communes renouvelées en 2014

-
Par France Bleu

C'était l'une des grandes craintes des municipalités passées à la semaine de quatre jours et demi dès cette année : la disparition, en 2014, des aides attribuées par l'Etat, notamment pour organiser les activités périscolaires. A l'issue d'une rencontre avec Jean-Marc Ayrault, l'Association des maires de France a obtenu la reconduction du dispositif.

Atelier bricolage après l'école à Forbach
Atelier bricolage après l'école à Forbach

Les communes qui passeront à la semaine de 4,5 à la rentrée 2014 ne seront finalement pas pénalisées par rapport à celles qui ont appliqué la réforme dès cette année : le "fonds d'amorçage" mis en place par le gouvernement pour venir en aide aux communes qui mettent en oeuvre les nouveaux rythmes scolaires, sera reconduit en 2014. Comme en 2013, celui-ci devrait être "d'au moins 250 millions d'euros ".

L'annonce a été faite mercredi soir par Jacques Pélissard, président de l'Association des maires de France (AMF), après une rencontre avec Jean-Marc Ayrault à Matignon :

"Le Premier ministre a garanti qu'en 2014, les communes qui passeront à cette semaine de 4,5 jours seront traitées comme celles qui sont déjà passées en 2013"

Des difficultés pour financer la réforme

Plusieurs communes ont d'ores et déjà rapporté leurs difficultés à mettre en application ce nouveau rythme, qui compte des journées de travail plus courtes mais une demi-journée de plus. Problème : cela coûte cher. L'AMF chiffre à "entre 600 et 800 millions d'euros " le surcoût entraîné par la réforme.

La difficulté vient notamment des activités périscolaires : à Crillon, dans l'Oise, la municipalité à dû abandonner la semaine de 4,5, faute de moyens pour organiser ces activités. L'AMF a par ailleurs annoncé la "formation d'un groupe de travail entre l'Etat, la Caisse d'Allocations Familiales et l'AMF " pour harmoniser l'encadrement des enfants pendant ces activités.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess