Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"On s'enferme et on se libère" : les sextoys s'arrachent depuis l'annonce du confinement

-
Par , France Bleu Paris

L'annonce du confinement aura eu un effet innatendu, celui de faire exploser les ventes de sextoys sur internet et dans un groupement de boutiques parisiennes. Une augmentation de 136%... en à peine deux jours.

En deux jours, les ventes de sextoys ont bondi de 136% dans les lovestores Passage du Désir. Photo d'illustration
En deux jours, les ventes de sextoys ont bondi de 136% dans les lovestores Passage du Désir. Photo d'illustration © Maxppp - PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/

"C'est bien simple, ce sont les chiffres d'une grosse journée de Noël." Le fondateur de la société Passage du Désir Patrick Pruvot lui-même n'en revient pas : depuis mercredi, quelques heures même avant l'annonce du reconfinement, ses cinq boutiques parisiennes ont été prises d'assaut. En deux jours, les ventes de sextoys ont bondi de 136%.  "Il y a la queue devant les magasins, et surtout beaucoup de couples", poursuit-il. 

Un constat que partage le responsable de l'un des "lovestores" de la marque, Frédéric Lavaud. "On est obligés de bloquer l'entrée puisqu'on est toujours limité à un certain nombre par mètre carré. La plupart des clients nous disent qu'ils veulent passer un confinement agréable avec leur conjoint, et même parfois en solo." Sur la seule journée de jeudi, le responsable a doublé son chiffre d'affaires par rapport à une journée normale.

"C'est un peu comme si le confinement donnait l'envie de se lâcher"

Certains produits se sont arrachés "comme des jouets pour de la stimulation de point G ou de la stimulation clitoridienne ou encore des lubrifiants" détaille Frédéric Lavaud. Mais les plus organisés prennent même les devants en attendant d'avoir une date officielle de sortie de confinement. "Beaucoup prennent directement des packs, avec des 'toys', des petits accessoires de bondage soft... on a vraiment des gens qui prennent la totale pour passer un confinement festif." 

"Les Français sont relativement assez pudiques par rapport à nos produits. C'est un peu comme si le confinement leur donnait envie de se lâcher. On oublie les tabous, analyse Patrick Pruvot. Quand on n'a plus rien, quand on n'a plus de distraction, on se reconcentre sur son couple et c'est une tendance qui est saine." Les achats effectués ces deux derniers jours soulève tout de même une question chez le fondateur : "On s'enferme et on se libère. Les gens s'achètent des menottes pour rentrer chez eux. Il y a quand même un sacré paradoxe... Mais on leur souhaite un bon amusement."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess