Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"On s'y attendait" : en centre-ville du Mans, des patrons de bars résignés à l'annonce du reconfinement

-
Par , , France Bleu Maine

Au bar Racines, en centre-ville du Mans, l'annonce du reconfinement et de la fermeture dès ce vendredi des bars, cafés et restaurants a été accueillie avec résignation par les clients et les commerçants. C'est le retour de la vente à emporter, pour au moins un mois.

Les bars vont rester fermés pendant un mois.
Les bars vont rester fermés pendant un mois. © Maxppp - PHOTOPQR/Stéphanie Para

Ils sont une petite dizaine rassemblée près du bar, serveurs, responsable et gérant autour d'une tablette qui diffuse le discours d'Emmanuel Macron : "Les établissements recevant du public, notamment les bars et restaurants seront fermés", et pendant tout le reconfinement, annonce le chef de l'Etat. Au Racines, à la visitation en centre-ville du Mans, l'ambiance est au silence. 

"On s'y attendait", se résigne le patron

Personne n'ose parler, les regards se croisent, puis Franck Jérôme, le patron qui gère aussi deux autres bars manceaux, brise le silence : "On s'y attendait. Il n'y a pas de surprise. Il n'y a pas beaucoup de préavis avec toutes ces mesures. On va comme la dernière fois, proposer des planches et des bières à emporter", explique-t-il.

Bah du coup, on va peut-être boire un deuxième verre !

Au fond du bar, Laure et Christine ont suivi les annonces autour d'un verre. La mère et la fille prennent la nouvelle avec philosophie : "Bah du coup, on va peut-être en boire un deuxième !"

Chômage partiel et vente à emporter

Le responsable du bar, Jean-Charles Huon, lui, est résigné : "C'est triste pour eux et pour nous. Mais on n'a pas le choix. On va s'y plier". Au programme dans les prochains jours, un gros ménage et puis la majorité des salariés passeront en chômage partiel. Seuls deux ou trois continueront à travailler pour assurer la vente à emporter.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess