Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sa voiture avait été emmenée à la fourrière pendant le confinement : le jeune Orléanais a bien dû payer

-
Par , , France Bleu Orléans

Il s'est bien acquitté des 335 euros correspondant aux frais de fourrière et à l'amende de la police municipale. Le jeune Orléanais qui avait écrit au maire d'Orléans pour demander un geste a essuyé un refus. Sa voiture, garée dans la rue, avait été emmenée à la fourrière pendant le confinement.

Une fourrière automobile (ici, à Nancy)
Une fourrière automobile (ici, à Nancy) © Maxppp - PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN

La mairie d'Orléans se veut inflexible en matière de stationnement pendant le confinement. Le jeune orléanais de 23 ans qui avait demandé un geste au maire, le mois dernier, après avoir vu sa voiture partir à la fourrière vient de le constater.

Il laisse sa voiture dans la rue et se confine chez lui

Ne pouvant pas travailler en raison de la fermeture de son entreprise, ce pâtissier salarié dans un restaurant orléanais, avait garé sa voiture fin octobre sur une place libre dans le quartier Saint Marceau, et était resté chez lui, dans son appartement, pendant le confinement, respectant "scrupuleusement les règles sanitaires".

Mal lui en avait pris : son véhicule avait finalement été envoyé à la fourrière, car il est interdit de laisser sa voiture à la même place pendant plus de sept jours. 

Il paie 335 euros d'amende et de frais de gardiennage à la fourrière

Le jeune homme avait écrit au maire d'Orléans le 20 novembre pour demander un geste de la mairie. Il vient de recevoir la réponse, explique-t-il à France Bleu Orléans : c'est non, confirmant le refus de la police municipale. Il a donc dû payer 300 euros de fourrière et 35 euros d'amende.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess